Le coup d’état de Macron sur l’Elysée.

Dans deux articles, j’analysais le célèbre passage de l’épître à Henri de Nostradamus concernant le nouveau Thrasybullus.

Le 30 avril 2016, dans un texte plus général sur les manifestations contre a loi travail, j’étudiais le lien entre ce texte et le destin de François Hollande. Je présentais alors un risque de coup d’état mené contre lui par Manuel Valls.

 

Je reprenais mon analyse dans un article plus détaillé au moment de la renonciation de François Hollande. Je pensais y voir un coup d’état du Premier ministre Valls contre son Président.

 

Valls un futur dictateur ?

 

Manuel Valls n’est pas devenu un dictateur en raison de sa défaite à la primaire de gauche.

 

Il me parut évident que le futur dictateur ne pouvait être qu’Emmanuel Macron, l’autre putschiste du gouvernement socialiste. L’erreur est humaine. Il faut savoir se remettre en cause et adapter les textes à la nouvelle réalité pour voir si celle-ci s’insère l’une dans l’autre.

Voici ma nouvelle présentation des faits. Elle est édifiante.

 

Dans mon livre « Nostradamus et la fin des temps », j’analysais deux passages de la lettre à Henry Second. Ils semblent concerner la situation actuelle. Lors de la rédaction, je suis volontairement resté vague sans tenter de le rapprocher de l’actualité. Un blog permet beaucoup plus d’audace qu’un livre. Il autorise des hypothèses, l’ouverture de piste audacieuse, de réagir rapidement aux évènements. Ce que ne permet pas un livre dont le délai de rédaction et de publication est trop long.

 

Citons d’abord les deux extraits, puis analysons-les.

 

1. Extrait 1 : « Montée en puissance de l’Islam ».

 

« Lorsque surviendront le « grand chien » et le « gros mastin », nous serons proche d’une guerre (« Et étant proche d’une autre désolation, qui atteindra son apogée »). Il y aura l’émergence de nouveaux dictateurs et de puissances militaires (« lorsque se dresseront les potentats et puissances militaires »).
Les dictatures militaires pourront s’établir en raison de l’affaiblissement politique et spirituel de l’occident (« lui seront ôtez les deux glaives »). « Les deux glaives » font référence à une théorie politique du Moyen Age.
A l’époque, il y avait deux glaives ou deux pouvoirs : le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel. Le pouvoir temporel, c’est le roi ou l’empereur qui dispose de la compétence politique sur la vie quotidienne des gens. Le pouvoir spirituel, c’est le Pape qui détenait le magistère sur la vie intérieure des croyants.
Dans cette théorie, le glaive spirituel est supérieur au glaive temporel. Il y a l’idée que le spirituel délègue son pouvoir au glaive temporel. C’est la prééminence de l’Eglise sur le reste de la société.
Nostradamus nous dit, que les pouvoirs spirituel et temporel seront retiré aux pays occidentaux. C’est bien sûr, l’affaiblissement de la papauté auquel nous assistons depuis le XIXe siècle. C’est également, semble-t-il, le renversement des pouvoirs politiques par des troubles révolutionnaires (nous verrons ce point au chapitre suivant).
Quoi qu’il en soit, il ne nous restera que le souvenir de notre prestige passé, de notre gloire et de nos médailles à opposer à nos adversaires lorsque ceux-ci, nous attaquerons (« et ne lui demeurera que des enseignes »).
Dans un autre passage de l’épître :
– « La Plèbe se soulèvera soutenant, chassera les adhérents des législateurs et semblera que les règnes affaiblis par les Orientaux que Dieu le créateur ait délié Satan des prisons infernales, pour faire naitre le grand Dog et Dogam 1 » (Epître Henri, passage 60).
 –
C’est lorsque surviendront des troubles révolutionnaires en Europe (« La Plèbe se soulèvera soutenant, chassera les adhérents des législateurs »), qu’émergera la puissance de Gog et Magog (« et semblera que les règnes affaiblis par les Orientaux que Dieu le créateur ait délié Satan des prisons infernales, pour faire naitre le grand Dog et Dogam »).
Les révolutions seront possibles en raison de l’affaiblissement des pouvoirs politiques par le travail de sape des forces orientales de Gog et Magog (« Les règnes affaiblis par les Orientaux ») ».

Note.
L’édition originale de l’Epître à Henri, utilise l’expression « Dog et Dogam » (édition de 1568). Par une erreur typographique, introduite dans l’édition d’Amsterdam de 1668, elle se transformera en « Dog et Doham ». Cette coquille aura pour conséquence d’introduire en erreur la plupart des exégèses. Aucun ne sera en mesure de comprendre l’allusion à « Gog et Magog ».

 

(Nostradamus et la fin des temps, Chaulveron, Edition BOD, 2016, p. 161-163).

 

2. Extrait 2 : « Montée en puissance de l’Islam ».

 

« Et sera le chef et gouverneur jeté du milieu et mis au lieu de l’air, ignorant la conspiration des conjurateurs, avec le second Trasibulus1, qui de longtemps aura manié tout ce changement :
Alors les abominations et immondices seront par grande honte objectée et manifestée aux ténèbres de la lumière obténébre, cessera devers la fin du changement de son règne, et les clefs de l’Eglises seront en arrière de l’amour de Dieu et plusieurs d’entre eux apostasieront la vraie foi,
et des trois sectes, celle du milieu, par les culteurs d’ici, sera un peu mis en décadence. La première s’étendra totalement par l’Europe, tandis qu’en Afrique la plupart exterminées par la troisième, moyennant les pauvres d’esprit, les insensés qui luxurieux qui commettrons l’adultère en raison de leur vie libidineuse.
La Plèbe se lèvera pour chasser les adhérents des législateurs et semblera que les règnes affaiblis par les Orientaux que Dieu le créateur ait délié Satan des prisons infernales, pour faire naitre le grand Dog et Dogam,
lesquels feront si grande fraction abominable aux Eglises, que les rouges ni les blancs sans yeux ni sans mains plus n’en jugeront et leur sera ôtée leur puissance, Alors sera faite plus de persécution aux Eglise, que ne fut jamais. »

(…)

Le prophète provençal indique ensuite qu’un chef de Gouvernement sera renversé (« et sera le chef et gouverneur jeté du milieu ») par un conspirateur démocrate (« avec le second Trasibulus ») qui aura préparé son coup depuis longtemps (« qui de longtemps aura manié tout ce changement »). Ce chef d’Etat renversé aura de manière fautive ignorée les complots ourdis contre lui (« ignorant la conspiration des conjurateurs »).
Après avoir été renversé, il semblerait que le gouverneur soit mis dans un avion (« et mis au lieu de l’air »). A moins que l’expression « mis au milieu de l’air » ait une autre signification, encore inconnue a ce jour.
Le prophète utilise un fait historique de la Grèce antique pour parler de la révolution italienne.
Quel lien existe-t-il entre Trassibulus et la « Libytine » ?
Trasybule, né en 445, mort en 389 avant Jésus-Christ, était adhérent du parti démocratique à Athènes. En raison de la guerre du Péloponnèse et de la défaite d’Athènes en Sicile, les armées de Sparte envahissent la cité pour renverser la démocratie. La révolution des quatre cents dépose le régime démocratique athénien et instaure un gouvernement oligarchique censitaire (le 9 juin 411 avant Jésus-Christ).
Trasybule est obligé de s’exiler à Samos.
Quatre mois plus tard, les Quatre Cents sont renversés par un régime oligarchique plus large de Cinq Mille.
Cependant, après une victoire militaire (- 410 avant J-C), Trasybule restaure la démocratie en s’associant à un oligarque du pouvoir précédent.
En 404 avant J-C, il est à nouveau exilé par le régime des Trente, qui restaure un gouvernement oligarchique fondé sur les règles de l’ancienne monarchie athénienne. Trasybule forme une troupe d’exil et restaure de nouveau la démocratie.
Cette période marque le début du déclin de la démocratie à Athènes. L’humiliation de la défaite militaire contre Sparte, doublé d’un appauvrissement économique, entraîne un manque de confiance de la population et une baisse de prestige dans le monde antique. Athènes n’est plus le modèle à suivre.
Trasybule est le restaurateur de la démocratie, mais d’une démocratie malade et finissante. Il est très étrange de voir que Nostradamus semble nous indiquer, par cette simple référence antique, que notre système politique traversera, avec ce nouveau Trasybule, les derniers soubresauts d’une crise, déjà très ancienne.
C’est sous le nouveau « Trasybule », qu’auront lieu des choses abominables et terribles (« alors les abominations et immondices seront par grande honte objectée et manifestée aux ténèbres de la lumière obténébre »). Ces crimes cesseront à la fin de son règne (« cessera devers la fin du changement de son règne »).
Pendant la dictature, les Eglises chrétiennes abandonneront leurs croyances (« les clefs de l’Eglises seront en arrière de l’amour de Dieu ») et plusieurs chefs de l’Eglise catholique apostasieront pour rejoindre une autre religion (« et plusieurs d’entre eux apostasieront la vraie foi ») ».

Note. 
Thrasybule est un homme politique de la Grèce antique. Il fut exilé par le gouvernement athénien des trente, en 404 av. J-C. Il se réfugie à Thèbes. Il forme une troupe avec les exilés politiques et reconquiert, un an après, le pouvoir à Athènes pour restaurer la démocratie.

(Nostradamus et la fin des temps, Chaulveron, Edition BOD, 2016, p. 183, 185-187).

 

3. Analyse.

 

Plusieurs éléments sont à étudier successivement.

 

A. L’affaiblissement par les Orientaux.

 

Pour Nostradamus, les démocraties européennes auront été affaiblies par les Orientaux.
Lorsque j’ai lu ce passage à l’époque de la rédaction de mon livre, je me suis interrogé sur le sens de cette phrase. Il me paraît évident aujourd’hui que le sens s’éclaircit considérablement. Il faudra attendre encore un peu avant d’être totalement sûr.
Les Orientaux se sont les islamistes. Ils ont envahi nos villes et nos quartiers. Ils débordent les musulmans modérés en monopolisant l’espace médiatique.
Comment affaiblissent-ils le pouvoir politique ?
La France et la Belgique ont été touchées par une vague d’attentats sans précédent.
Attaque de Charlie Hebdo, prise d’otages de l’hyper kasher (janvier 2015), attentat du vendredi 13 novembre 2015, attentats du 22 mars 2016, à Bruxelles, attaque sur la promenade des Anglais, le 14 juillet 2016.

Mais pas seulement.

Quelques jours avant le 1er tour des présidentielles, la France fut frappée par un attentat meurtrier sur les Champs Elysée. Un policier était tué par balle.

 

Pendant que nos médias parlaient de l’attentat et de son auteur, personne ne critiquait le candidat Macron. La bonne vieille technique de la diversion. On instillait également l’idée que l’état d’urgence devait être prolongé et pérennisé.

Un nouvel acte terroriste frappe la France à quelques jours du 1er tour des élections législatives française. Un homme fonce sur de policiers avec un marteau devant la cathédrale de Notre Dame. Etonnante similitude à un mois d’intervalle. Un attentat pour perturber le bon déroulement du vote et favoriser le candidat désigné par les médias.

 

 

Là où la chose devient vraiment très étrange, c’est que nous avions connu le même phénomène en 2012 lors de l’arrivée au pouvoir de François Hollande. Rappelez-vous les attentats de Mohamed Merah. De la cérémonie funèbre avec Nicolas Sarkozy et tous les candidats à l’élection présidentielle, la suspension de la campagne électorale et finalement le candidat socialiste élu.

 

 

Il y a également les attaques terroristes de Londres la veille du scrutin à la chambre des communes. Le résultat du vote fut très défavorable à Teresa May et permet une possible remise en cause du brexit.

 

 

Etonnante instrumentalisation du terrorisme. Nostradamus fait-il référence à cela lorsqu’il parle d’affaiblissement de l’occident par les Orientaux, sans doute.

Mais, il n’y a pas que cela. L’arrivée massive de migrant en est un autre. Plusieurs quatrains sur le sujet le confirment. Ce n’est pas le sujet de l’article, je l’aborderais ultérieurement dans l’année.

B. Départ d’un chef d’Etat.

 

Nostradamus va plus loin en émettant l’hypothèse d’un complot qui renversera un chef d’Etat ou de Gouvernement.

Les mots exacts sont « Et sera le chef et gouverneur jeté du milieu et mis au lieu de l’air ».
Un « chef et gouverneur », qu’est-ce que c’est ?

Le chef de l’état serait François Hollande. Il sera « jeté du milieu » et « mis au lieu de l’air ».

Le « milieu » cela peut être la capitale du pays ou tous simplement le milieu politique.

L’expression « mis en l’air » cela peut être la fuite par avion du chef de l’Etat, comme je l’ai suggéré dans mon livre ou tous simplement sa démission.

 

Le 1er décembre 2016, nous avons tous assisté à l’allocution du président de la République annonçant sa non-candidature à l’élection présidentielle.

Elle fut la conséquence de la tension croissante entre le président de la République et son premier ministre à la suite du livre « un président ne devrait pas dire ça », le 12 octobre 2016.

 

 

Le jour où Hollande dit à Valls qu’il ne serait pas candidat.

Voilà le Président de la République renonçant à être candidat à sa propre succession. C’est en quelques sorte une démission.

C’est la première étape du coup d’état. Manuel Valls a éjecté François Hollande de son poste de président.

Mais tous cela fut dirigé en sous mains par un troisième larrons qui aura tous manigancé par derrière (“avec le second Trasibulus, qui de longtemps aura manié tout ce changement »). C’est Emmanuel Macron.

Manuel Valls ne fut pas le bénéficiaire du coup d’état. Il fut l’instrument de Macron. Vaincu au primaire, il laissa le chemin à son ancien ministre des finances.

C. Le « nouveau Trasibulus ».

 

Continuons l’analyse.
Le « chef et gouverneur » chassé du pouvoir « ignorant la conspiration des conjurateurs, avec le second Trasibulus, qui de longtemps aura manié tout ce changement ».

Dans mon analyse initiale, j’évoquais Thrasybule de Stiria, un homme politique athénien qui rétablit la démocratie.

Il est décrit dans le livre VIII de Thucydide, « la guerre du Péloponnèse ».

Un de mes lecteurs m’a signalé l’existence d’un autre Thrasybule. Un tyran de Millet ayant vécu au VIIe siècle avant Jésus-Christ. Hérodote le décrit comme étant très brutale et ne supportant pas la moindre concurrence.

On peut supposer aujourd’hui que Nostradamus parle de Trasybulus de Millet.

Il nous montre un conspirateur passé maître dans l’art de la dissimulation et du subterfuge. Il aura organisé sous coup d’Etat depuis longtemps. Le chef d’Etat n’aura rien vu venir.
Si le président concerné est François Hollande, le rôle du conspirateur pourrait être rempli par Emmanuel Macron. Je trouve que l’image donnée par Hérodote du conspirateur pourrait correspondre.

Nous avons tous vu comment celui-ci a joué de manipulation et de subterfuge pour être élu.

 

C. L’élection d’Emmanuel Macron.

 

En avril 2016, Emmanuel fonde le mouvement “En marche”. Le nom de son parti est tout un programme. Il reprend un vieux slogan du régime de Vichy, comme le montre cette ancienne une affiche.

 

 

Déjà à l’époque, on proposait de marcher pour l’Europe contre l’ennemi russe. Deux éléments majeurs de l’idéologie ultra libérale de Macron étaient déjà présents : l’Europe et l’ennemi russe.

La marche vers le pouvoir s’est faite en plusieurs étapes :

 

1er étape :

Il démissionne de son poste de ministre de l’Economie du Gouvernement Valls, le 30 août 2016 pour ne plus être associé à l’ancien président dont le rejet des Français est massif.

 

2e étape :

Emmanuel Macron annonce sa candidature à l’élection présidentielle, le 16 novembre 2016. Il refuse de participer aux primaires de la gauche.

 

3e étape :

On discrédite les principaux concurrents en lançant des campagnes de presse. Ce furent les attaques contre Marine Le Pen et surtout François Fillon.

 

Marine Le Pen fut mis en cause avec l’histoire de ses assistants parlementaires au Parlement européen. Elle date de trois ans, mais comme par hasard, elle ressort au moment de la campagne électorale.

On a droit à la perquisition au siège du Front national, le 20 février 2017.

 

 

Le 3 mars 2017, à un mois du 1er tour, elle est convoquée devant un juge pour être mise en examen.

 

 

Pour François Fillon, l’affaire sur sa femme Pénélope Fillon sort le 25 janvier 2017 dans un article du Canard Enchainé(un nid de francs-maçons et d’agent de la DGSI).
Par la suite, ce journal et Médiapart feuilletonne les révélations chaque semaine pendant des mois sur l’histoire pour maintenir en haleine les électeurs. BFM WC (dont le numéro 2 de la chaine, Bernard Mourad est un soutien important de Macron) fait des heures et des heures de directs chaque jour. Une campagne de presse monumentale jamais vue dans l’histoire de France au seul profit.

Il est convoqué devant un juge et mit en examen le 15 mars 2017.

 

 

On assiste à une instrumentalisation de la justice pendant la campagne électorale. Que n’aurait

-on dit si les principaux opposants de Vladimir Poutine avaient été poursuivi en justice au moment d’une élection présidentielle.

C’est pour moi la première marche du coup d’état d’Emmanuel Macron.

 

4e étape :

Emmanuel Macron, dispose du soutien de l’ensemble de la presse qui unanime le porte vers la fonction suprême. Une image le démontre, la photo d’une devanture de librairie où la totalité des “Une” des magazines concerne Emmanuel Macron.

 

 

Cela s’accompagne par une mise au pas de l’ensemble de la presse comme l’a montré l’affaire du Macronleaks.

 

 

Le parti En Marche ordonne aux médias français de ne pas parler du contenu des documents pour ne pas influencer le résultat du scrutin

 

 

Le Canard enchaîné (qui n’a jamais aussi bien porté son nom) refuse de diffuser les informations. Prudence qu’il n’a pas su adopter pour François Fillon.

 

 

5e étape :

Emmanuel Macron organise une gigantesque manœuvre de trucage du scrutin du premier tour pour mettre sa candidature en tête du vote.

Le numéro 434 recense les cas de fraude électorale.

Nous avons 500 000 électeurs qui ont reçu une double carte électorale. Cela concerne principalement les français vivant à l’étranger et en banlieue. Ce sont des électeurs très favorables à Emmanuel Macron. C’est de nature à fausser la sincérité du scrutin présidentielle et législative.

Selon l’INSEE, 254 000 électeurs ont été radiés des listes électorales pour le 1er tour. Un chiffre en augmentation de 28 %.

Nous avons le problème des procurations. Fanny Giussani, maire adjointe à l’urbanisme de Nancy, républicaine, s’inquiète des procurations accordées à des électeurs radiés. Cela serait permis par l’aval de la police et de la justice.

Deux bureaux de vote ont été évacués pendant deux heures à Besançon. A Saint-Omer et Haguenau des bureaux de vote ont également fermés à la suite des signalements respectifs d’une voiture et d’une glacière suspectes à proximité.

D’innombrables autres anomalies ont été signalées avec des discordances entre les émargements de la liste électorale et le nombre d’enveloppes. On retrouvait des bulletins Fillon ou Macron déjà présent dans les enveloppes.

Résultat du scrutin du 1er tour :

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés
M. Emmanuel MACRON 8 656 346 18,19 24,01
Mme Marine LE PEN 7 678 491 16,14 21,30
M. François FILLON 7 212 995 15,16 20,01
M. Jean-Luc MELENCHON 7 059 951 14,84 19,58
M. Benoît HAMON 2 291 288 4,82 6,36
M. Nicolas DUPONT-AIGNAN 1 695 000 3,56 4,70
M. Jean LASSALLE 435 301 0,91 1,21
M. Philippe POUTOU 394 505 0,83 1,09
M. François ASSELINEAU 332 547 0,70 0,92
Mme Nathalie ARTHAUD 232 384 0,49 0,64
M. Jacques CHEMINADE 65 586 0,14 0,18

Il y eut moins de un million de voix d’écart entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, un million et demi avec François Fillon. On peut supposer que la fraude a dû jouer dans la qualification de Macron au deuxième tour.

 

6e étape :

Emmanuel Macron affronte Marine Le Pen. La victoire assurée. Même une chèvre face à l’héritière de la famille Le Pen aurait été élu.

L’ensemble de la classe politique se prosterne devant le candidat d’En Marche, appelant à faire barrage au Front national.

On assiste parfois à d’étrange retournement de veste.

Le leader de la CGT qui appelle à voter pour Macron, le banquier de Rothschild.

 

 

Idem pour Pierre Laurent du PCF.

 

 

Lénine ou Marx doivent se retourner dans leurs tombes.

Parlons du résultat finale. Dans un premier temps, le ministère de l’intérieure annonce le score de 66,06%, avant de rajouter quelques voix pour passer à 66,10%. Ouf l’honneur est sauf…

Ce chiffre fut d’abord attribué à Mélenchon.

 

 

Liste des candidats Voix % Inscrits % Exprimés
M. Emmanuel MACRON 20 743 128 43,61 66,10
Mme Marine LE PEN 10 638 475 22,36 33,90

 

7e étape :

Pour que le parti de Macron réalise le meilleur score possible, il faut que les électeurs se démobilisent. Pour cela, les médias tous à sa botte n’organisent aucune campagne électorale pour éviter que les Français ne s’intéressent au scrutin. C’est la première fois que je vois ça.

Le résultat est là. 51 % d’abstention. Les candidats En Marche sont largement en tête avec quelques milliers de voix (Valls, en tête dans sa circonscription avec 7 000 voix). C’est le résultat d’une abstention très forte.

 

Nuances Nombre de voix % Exprimés Nombre d’élus
Extrême gauche (EXG) 175 214 0,77 0
Parti communiste français (COM) 615 487 2,72 0
La France insoumise (FI) 2 497 622 11,03 0
Parti socialiste (SOC) 1 685 677 7,44 0
Parti radical de gauche (RDG) 106 311 0,47 0
Divers gauche (DVG) 362 281 1,60 1
Ecologiste (ECO) 973 527 4,30 0
Divers (DIV) 500 309 2,21 0
Régionaliste (REG) 204 049 0,90 0
La République en marche (REM) 6 391 269 28,21 2
Modem (MDM) 932 227 4,12 0
Union des Démocrates et Indépendants (UDI) 687 225 3,03 1
Les Républicains (LR) 3 573 427 15,77 0
Divers droite (DVD) 625 345 2,76 0
Debout la France (DLF) 265 420 1,17 0
Front National (FN) 2 990 454 13,20 0
Extrême droite (EXD) 68 320 0,30 0

 

8e étape :

Comme pour le deuxième tour des présidentielles, les candidats En Marche son opposé à des candidats Front national. Vote réflexe pour faire barrage au Front national, les “En Marche” sont presque tous élus, donnant à Emmanuel Macron une majorité jamais vue dans l’histoire de France.

Quelques candidates En Marche sont d’une vacuité intersidérale. Je les surnomme les macronettes. Une insulte pour l’intelligence féminine.

Par exemple, Anissa Kheder, députée En Marche à Bron avec 50, 60% (15, 38% des inscrits).

 

 

ou Fabienne Colboc, élu députée En Marche de l’Indre et Loire, avec 58, 26% (22, 18% des inscrits).

 

 

Nous avons même un candidat En Marche, lâche et veule qui refuse le débat.

 

 

Le choix dans beaucoup de circonscriptions était donné entre deux candidats soutenants Emmanuel Macron ou son Premier ministre.

 

 

Le résultat final donne une assemblée nationale suivante :

Nuances de candidats Voix % inscrits % exprimés Nombre de sièges
Parti communiste français 217 833 0,46 1,20 10
La France insoumise 883 786 1,87 4,86 17
Parti socialiste 1 032 985 2,18 5,68 29
Parti radical de gauche 64 860 0,14 0,36 3
Divers gauche 263 619 0,56 1,45 11
Ecologiste 23 197 0,05 0,13 1
Divers 100 574 0,21 0,55 3
Régionaliste 137 453 0,29 0,76 5
La République en marche 7 826 432 16,55 43,06 306
Modem 1 100 790 2,33 6,06 42
Union des Démocrates et Indépendants 551 760 1,17 3,04 17
Les Républicains 4 040 016 8,54 22,23 113
Divers droite 306 240 0,65 1,68 6
Debout la France 17 344 0,04 0,10 1
Front National 1 590 858 3,36 8,75 8
Extrême droite 19 030 0,04 0,10 1

 

La majorité présidentielle comprend 306 REM et 42 MODEM, soit 350 députés. c’est l’une des plus fortes majorités présidentielles de l’histoire de toutes les républiques.

On doit rajouter une grande partie des députés des Républicains qui soutiendront “leur” Premier ministre Edouard Philippe. Soit 113 LR et 6 divers droites.

Il en est de même pour le PS et ses alliés, dont REM est l’émanation. 29 PS, 3 PRG, 11 divers gauche et 1 écologiste.

La majorité présidentielle potentielle tournerait alors autour de 513 députés.

L’opposition se réduirait à la France insoumise et au PCF (27 députés), au FN (8 députés, à debout la France (1 député). Nous sommes en dessous des 60 députés nécessaires à une opposition pour fonctionner correctement (seuil pour déposer une motion de censure et saisir le Conseil constitutionnel.

Cela est très inquiétant.

 

Pour finir, une petite vidéo très intéressante, sur ce qui attend le pays au niveau économique.

 

 

D. La persécution des chrétiens.

 

Que ferra Macron de son pouvoir absolue de dictateur. Nous avons également la réponse chez Nostradamus.

Sous le règne du second Trasybulus, nous dit Nostradamus, auront lieu des choses abominables (« alors les abominations et immondices seront par grande honte objectée et manifestée aux ténèbres de la lumière obténébre »). Il persécutera les chrétiens (« les clefs de l’Eglises seront en arrière de l’amour de Dieu »).

Il faut attendre pour comprendre la signification de ce texte. D’autre article suivront.

E. La prise de pouvoir par la plèbe.

 

Dans la suite du texte, le prophète provençal parle de la prise du pouvoir par la Plèbe (« La Plèbe se lèvera pour chasser les adhérents des législateurs »). Ils chasseront le second Trasybulus.

La plèbe, c’était le peuple des citoyens romains. Elle s’opposait aux patriciens qui correspondaient à la classe des dirigeants.

Un conflit social opposa les deux groupes sur plusieurs siècles et déboucha sur l’intégration des plébéiens aux fonctions politiques aux côtés des patriciens.

A trois reprises les plébéiens se retirèrent de la cité pour se rassembler en dehors des murs de Rome. Ils entendaient s’opposer à la mainmise du pouvoir par les patriciens. De manière moderne, on pourrait dire qu’il faisait grève.

 

plèbe
La sécession du peuple au mont sacré, gravure par B. Barloccini, 1849.

 

Le contexte est le même, mais pour Nostradamus, la tournure des évènements semble différente. Les plébéiens chasseront du pouvoir les patriciens (ce qu’ils n’ont jamais fait à Rome).

Concrètement, cela veut dire que le peuple renversera par une révolution le dictateur Trasybulus.

 

Une remarque intéressante sur le nom du parti politique de Macron. Elle n’est soulevée nulle part et par personne.

Il porta le nom d’En Marche. Acronyme EM (jeux de mots sur les initiales de son nom et prénom).

Puis on rajouté République En Marche, soit REM.

Puis très vite les membres du parti se sont rendu compte de l’erreur et on rajouté La République En Marche.

Quelle erreur ?

Si vous avez connu les années 80, comme moi, vous vous rappelez tous du groupe de rock REM.

Une petite visite dans leurs discographies laisse rêveur.

 

 

“Losing my religion” (perdre ma religion), tien donc !!!!

 

 

Mieux… “It’s the end of the world” (c’est la fin du monde”). Tous un programme sur ce que nous promettent Macron et sa politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *