L’art de la guerre et les 36 stratagèmes.

Je vous propose une compilation de deux textes fondamentaux de la pensée chinoise, l’art de la guerre de Sun Tse et les trente-six stratagèmes, dont l’auteur est inconnu. Deux livres datant d’une époque différente, mais relevant du même système de pensée.
L’art de la guerre fut composé à la fin du Ve siècle par un général du roi de Wu. Il donne une série de conseils concernant la manière de mener une guerre selon les principes de la philosophie chinoise.
Il faut introduit en Europe par un jésuite, le père Joseph-Marie Amiot, en 1772. Il revenait d’une mission religieuse en Chine. Son livre fut diffusé dans toutes les cours de l’époque sur le continent. Ses préceptes, largement oubliés lors des deux guerres mondiales, il reprend vie lors des guérillas chinoises, vietnamiennes ou sud-américaines. Il sert de base pour les guerres économiques ou les mouvements de résistances divers et variés.
La traduction du père Amiot datant de plus de trois cent ans est selon moi la meilleure et la plus agréable à lire. C’est celle que je vous propose.
Les trente-six stratagèmes ont été découverts dans les années trente dans un marché du nord de la Chine par un officier du Guomindang. Il est inséré dans un livre de recettes d’immortalité. Le recueil semble dater de la dynastie Qi du Sud de la Chine par un général Tan Daoqi (aux environs du IVe siècle). Toutefois, d’autres spécialistes parlent plutôt d’un livre de la dynastie Ming (1366-1610) sans connaître l’auteur.
Il est difficile de trancher entre les deux hypothèses.
Le texte en lui-même se compose de trente-six aphorismes très courts découpés en six chapitres correspondant à des situations militaires favorables, défavorables ou équilibrées. Malgré son côté lapidaire, ces devises sont très puissantes et peuvent s’appliquer à de multiples situations de guerre ou de conflit y compris dans la vie quotidienne.
Il m’a semblé intéressant de regrouper dans un seul recueil les deux oeuvres en raison de leur caractères complémentaires. L’un comme l’autre sont d’une exceptionnelle actualité. Il semble inspiré le combat des islamistes contre le matérialisme occidental, sans que personne ne soulève ce point-là. Il est également pour moi, un guide de survie pour la résistance au « totalitarisme soft » sous lequel nous vivons. Les futurs résistants devraient s’en inspirer, en raison même de la guerre psychologique qu’il propose et de ses méthodes de lutte précisément adaptées à une armée en infériorité numérique.

Bonne lecture.
Chaulveron.

 

Vous pouvez acheter le livre sur Amazon et la FNAC pour 13, 99 euros.

 

 

Article I : Fondement de l’art militaire.

Sun Tse dit :
L’art de la guerre et l’organisation des troupes sont d’une importance vitale pour l’État. La vie et la mort des sujets en dépendent ainsi que la conservation, l’agrandissement ou la décadence de l’Empire : ne pas y réfléchir profondément, ne pas y travailler consciencieusement, c’est faire preuve d’une coupable indifférence pour la possession ou la perte de ce qu’on a de plus cher et c’est ce qu’on ne doit pas trouver parmi nous.
Cinq choses principales doivent faire l’objet des continuelles méditations des officiers et de tous leurs soins, comme le font ces grands artistes qui, lorsqu’ils entreprennent une oeuvre, ont toujours présent à l’esprit le but qu’ils se proposent, mettent à profit tout ce qu’ils voient, tout ce qu’ils entendent, ne négligent rien pour acquérir de nouvelles connaissances et tous les secours qui peuvent les conduire heureusement à leur fin. Si nous voulons que la gloire et les succès accompagnent nos armes, nous ne devons jamais perdre de vue : la Doctrine, le Ciel, la Terre, le Général, la Discipline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *