X-18 : Prise de pouvoir par Henri IV (1589-1593).

 

 

Scholie Anatole Le Pelletier.

 

La maison de Lorraine fera place au duc de Vendosme : celui qui était au faîte de la puissance sera jeté en bas, et celui qui était en bas sera élevé en haut , le fils du Mammon d’iniquité sera choisi (« élu ») à Rome, et les deux Prétendants (« les deux Grands ») seront en défaut.

La maison de Lorraine sera éclipsée par Henri IV, duc de Vendosme ; Mayenne, chef de cette maison et lieutenant général du Royaume, sera abaissé ; et Henri IV, que l’on appelait par dérision le petit Béarnais, s’élèvera de bas en haut. Ce prince hérétique (« fils de Mammon ») sera (grâce à son abjuration) accepté à Rome pour roi de France préféremment à ses compétiteurs, et les deux Prétendants ne monteront pas sur le trône.

Le cardinal de Bourbon, proclamé roi par les Ligueurs (sous le nom de Charles X), étant mort en 1590 ; et Isabelle, fille de Philippe II, roi d’Espagne, étant naturellement exclue du trône de France par la loi salique, les deux Grands mis en défaut à Rome, par l’abjuration de Henri IV, furent le duc de Mayenne et le jeune duc de Guise, l’un des frères, et l’autre fils du Balafré.

Article Wikipédia Henri IV.

 

En 1584, le frère cadet du roi de France, François d’Anjou, meurt sans héritier. N’en ayant pas lui-même, le roi Henri III envisage de confirmer Henri de Navarre comme son héritier légitime. Il lui envoie le duc d’Épernon pour l’inviter à se convertir et à revenir à la cour. Mais quelques mois plus tard, contraint par les Guise de signer le traité de Nemours, il lui déclare la guerre et met hors la loi tous les protestants. La rumeur dit qu’en une nuit, la moitié de la moustache du futur Henri IV blanchit.

Commence alors un conflit où Henri de Navarre affronte à plusieurs occasions le duc de Mayenne. Relaps, Henri est de nouveau excommunié par le pape (“Le fils d’Hamon sera esleu dans Rome“), puis il doit affronter l’armée royale qu’il bat à la bataille de Coutras en 1587.

Plusieurs revirements apparaissent en 1588. La mort du prince Henri de Condé le place clairement à la tête des protestants. L’élimination violente du duc de Guise (“Et les deux grands seront mis en defaut“) l’amène à se réconcilier avec Henri III. Les deux rois se retrouvent tous les deux au château de Plessis-lèz-Tours et signent un traité le 30 avril 1589. Alliés contre la Ligue qui contrôle Paris et la plus grande partie du royaume de France, ils parviennent à mettre le siège devant Paris en juillet. Le 1er août 1589, avant de mourir le lendemain des blessures que vient de lui infliger le moine fanatique Jacques Clément, le roi Henri III reconnaît formellement son beau-frère et cousin issu de germain le roi de Navarre comme son successeur légitime, et celui-ci devient le roi Henri IV.

Pour Henri IV commence la longue reconquête du royaume, car les trois quarts des Français ne le reconnaissent pas pour roi. Les catholiques de la Ligue refusent de reconnaître la légitimité de cette succession.

Conscient de ses faiblesses, Henri IV doit d’abord commencer par conquérir les esprits. Les royalistes catholiques lui demandent d’abjurer le protestantisme, lui qui à neuf ans avait déjà changé trois fois de religion. Il refuse, mais dans une déclaration publiée le 4 août, il indique qu’il respectera la religion catholique. Beaucoup hésitent à le suivre, certains protestants comme La Trémoille quittent même l’armée, qui passe de 40 000 à 20 000 hommes.

Affaibli, Henri IV doit abandonner le siège de Paris car les seigneurs rentrent chez eux, ne voulant pas servir un protestant. Appuyés par l’Espagne, les ligueurs relancent les hostilités, le contraignant à se replier personnellement à Dieppe, en raison de l’alliance avec la reine Élisabeth Ire d’Angleterre, tandis que ses troupes refluent partout.

Cependant, Henri IV est victorieux de Charles de Lorraine (“Le rang Lorrain fera place à Vendosme“), duc de Mayenne (“Et les deux grands seront mis en defaut“), le 29 septembre 1589 lors de la bataille d’Arques. Au soutien des nobles, huguenots et politiques rassurés par ce chef de guerre solide et humain, s’ajoutent ceux de Conti et Montpensier (princes du sang), Longueville, Luxembourg et Rohan-Montbazon, ducs et pairs, des maréchaux Biron et d’Aumont, et d’assez nombreux nobles (Champagne, Picardie, Île-de-France).

Il échoue par la suite à reprendre Paris, mais prend d’assaut Vendôme. Il arrive devant Le Mans, après avoir pris en passant quelques villes de Touraine. Là aussi, il veille à ce que les églises restent intactes, et à ce que les habitants ne souffrent pas du passage de son armée. Grâce à cet exemple, toutes les villes entre Tours et le Mans se rendent sans combat. La plupart des villes voisines, à la suite de la chute du Mans, n’essaient pas de résister. Beaumont, Sablé, Château-Gontier ouvrent leurs portes. Guillaume Fouquet de La Varenne est dépêché dans le Maine et l’Anjou pour y répandre la nouvelle de ce succès. Laval se rend à son tour, Henri de Navarre y entre le 9 décembre 1589. En quittant Laval, Henri se dirige vers Mayenne dont il s’assure, puis vers Alençon où Biron l’attend.

Il bat à nouveau les Ligueurs et les Espagnols à Ivry le 14 mars 1590, assiège Dreux sans succès puis affame Paris, mais ne peut prendre la ville, qui est ravitaillée par les Espagnols. L’approche du duc de Mayenne et du duc de Parme lui fait lever le siège.

Les protestants lui reprochent de ne pas leur donner la liberté de culte : en juillet 1591, il rétablit par l’Édit de Mantes (à ne pas confondre avec l’Édit de Nantes de 1598) les dispositions de l’édit de Poitiers (1577), qui leur donnait une liberté très limitée du culte. Le duc de Mayenne, alors en guerre contre Henri IV, convoque les États généraux en janvier 1593, dans le but d’élire un nouveau roi. Mais il est déjoué : les États négocient avec le parti du roi, obtiennent une trêve, puis sa conversion. Encouragé par l’amour de sa vie, Gabrielle d’Estrées, et surtout très conscient de l’épuisement des forces en présence, tant au niveau moral que financier, Henri IV, en fin politique, choisit d’abjurer la foi calviniste. Le 4 avril 1592, par une déclaration connue sous le nom d’« expédient », Henri IV annonce son intention d’être instruit dans la religion catholique.

Henri IV abjure solennellement le protestantisme, le 25 juillet 1593 en la basilique Saint-Denis (“Le fils d’Hamon sera esleu dans Rome“). On lui a prêté, bien à tort, le mot selon lequel « Paris vaut bien une messe » (1593), même si le fond semble plein de sens. Afin d’accélérer le ralliement des villes et des provinces (et de leurs gouverneurs), il multiplie les promesses et les cadeaux, pour un total de 25 millions de livres. L’augmentation des impôts consécutive (multiplication par 2,7 de la taille) provoque la révolte des croquants dans les provinces les plus fidèles au roi, Poitou, Saintonge, Limousin et Périgord.

Au début de 1594, Henri IV assiège avec succès Dreux puis il est sacré le 27 février 1594 en la cathédrale de Chartres : il est l’un des trois rois de France sacrés ailleurs qu’à Reims et Paris, qui étaient en effet tenus par l’armée de la Ligue (“Le haut mis bas, & le bas mis en haut“). Son entrée dans Paris le 22 mars 1594, l’expression de son pardon royal et, pour finir, l’absolution accordée par le pape Clément VIII le 17 septembre 1595, lui assurent le ralliement progressif de toute la noblesse et du reste de la population, malgré des réticences très fortes des opposants les plus exaltés, tel ce Jean Châtel qui tente d’assassiner le roi près du Louvre le 27 décembre 1594. Il bat de manière définitive l’armée de la Ligue à Fontaine-Française.

En 1595, Henri IV déclare officiellement la guerre à l’Espagne. Le roi éprouve alors d’énormes difficultés à repousser les attaques espagnoles en Picardie. La prise d’Amiens par les Espagnols et le débarquement d’une troupe hispanique en Bretagne, où le gouverneur Philippe Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur, cousin des Guise et beau-frère du feu roi Henri III, ne reconnaît toujours pas Henri IV pour roi, laisse celui-ci dans une situation périlleuse.

Le roi perd également l’appui de la noblesse protestante. À l’imitation de La Trémoille et de Bouillon, elle s’abstient de paraître au combat. Choqués par sa conversion et par les nombreuses personnalités qui l’imitent, les protestants en plein désarroi reprochent au roi de les avoir abandonnés. Ils se réunissent régulièrement en assemblée pour réactiver leur organisation politique. Ils vont jusqu’à se saisir de l’impôt royal pour leur propre compte.

Après avoir soumis la Bretagne et avoir repris Amiens aux Espagnols, Henri IV signe, le 13 avril 1598, l’Édit de Nantes qui met en place une paix entre protestants et catholiques. Les deux armées étant à bout de forces, le 2 mai 1598 est signée la paix de Vervins entre la France et l’Espagne. Après plusieurs décennies de guerres civiles, la France connaît enfin la paix.

Toutefois, l’article de la paix de Vervins concernant le duc de Savoie devint la cause d’une nouvelle guerre. Le , Henri IV reçut Charles-Emmanuel Ier de Savoie à Fontainebleau afin de régler le différend. En mars 1600, le duc de Savoie demanda un délai de réflexion de trois mois et repartit pour ses États. Le terme de trois mois étant écoulé, Henri IV fit sommer Charles-Emmanuel de se déclarer. Le prince répondit que la guerre lui serait moins préjudiciable qu’une paix comme celle qu’on lui offrait. Immédiatement, Henri IV lui déclara la guerre, le

Son règne voit cependant le soulèvement des paysans dans le centre du pays et le roi doit intervenir à la tête de son armée.
En 1601, après la guerre franco-savoyarde, le traité de Lyon établit un échange territorial entre Henri IV et Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie : le duc céda à la France les territoires de la Bresse et du Bugey et en plus les pays de Gex et de Valromey, de plusieurs siècles possession du Duché de Savoie, au lieu du marquisat de Saluces, situé en territoire italien. Après le traité, Henri IV doit faire face à plusieurs complots dirigés depuis l’Espagne et la Savoie. Il fait ainsi exécuter le duc de Biron et embastiller le duc d’Angoulême, le dernier des Valois, fils bâtard de Charles IX.

Pour rassurer les anciens partisans de la Ligue, Henri IV favorise également l’entrée en France des jésuites qui pendant la guerre avaient appelé à l’assassinat du roi, crée une « caisse des conversions » en 1598. Il se réconcilie avec le duc de Lorraine Charles III et marie avec le fils de celui-ci, sa sœur Catherine de Bourbon. Henri IV se montre fervent catholique — sans être dévot — et pousse sa sœur et son ministre Sully à se convertir (aucun d’eux ne le fera).

La fin du règne d’Henri IV est marquée par des tensions avec les Habsbourg et la reprise des hostilités contre l’Espagne. Henri IV intervient dans le conflit de succession qui oppose l’empereur de confession catholique aux princes allemands protestants qu’il soutient, dans la succession de Clèves et de Juliers. La fuite du prince de Condé en 1609 à la cour de l’infante Isabelle ravive les tensions entre Paris et Bruxelles. Henri IV estime son armée prête à reprendre le conflit qui s’était arrêté dix ans plus tôt. Le 25 avril 1610, François de Bonne de Lesdiguières, représentant d’Henri IV de France dans le château de Bruzolo en Val de Suse, signe le traité de Bruzolo, avec Charles-Emmanuel Ier, duc de Savoie.

Le déclenchement d’une guerre européenne ne plaît ni au pape, soucieux de la paix entre princes chrétiens, ni aux sujets français, inquiets de leur tranquillité. Ne pouvant accepter une alliance avec des princes protestants contre un souverain catholique, des prêtres ravivent par leurs sermons les esprits échauffés des anciens Ligueurs. Le roi voit également un parti qui s’oppose à sa politique au sein même de l’entourage de la reine. Le roi est dans une position fragile qui n’est pas seulement le fait des catholiques, puisque les protestants cherchent à maintenir grâce à l’édit de Nantes leurs privilèges politiques.

Tout en préparant la guerre, on s’apprête au couronnement officiel de la reine à Saint-Denis qui se déroule le . Le lendemain, Henri IV meurt poignardé par François Ravaillac, catholique fanatique, dans la rue de la Ferronnerie à Paris. L’enquête conclut à l’action isolée d’un fou. Un examen des archives au XXIe siècle suggère pourtant l’idée d’un possible complot.

Voir quatrain X-45 (prise de pouvoir par Henri IV).

Voir quatrain IX-50 (avènement d’Henri IV).