X-45 : Prise du pouvoir par Henri IV (1589).

X-45

 

Henri III sur son lit de mort désigne Henri de Navarre comme son successeur (tapisserie du XVIe siècle).

 

Scholie Henri Torné-Chavigny.

 

Cette ombre du règne, mais avec moins de réalité encore, passera entre les mains du roi de Navarre, Henri IV, qui fera la vie et d’une façon si fort illégitime, que la vue de la femme du gouverneur de Cambrai, incertain à abandonner la Ligue pour le roi, lui fera promettre de donner à son mari, homme de néant, les plus grandes dignités et la possession héréditaire de Cambrai. Dans le même moment, Orléans, soulevé sous Henri III, ouvrira ses murs à Henri IV le roi légitime.

Article Wikipédia Henri IV.

Henri IV naît dans la nuit du 12 au 13 décembre 1553 à Pau, alors capitale de la vicomté souveraine de Béarn, dans le château de son grand-père maternel le roi de Navarre. Henri d’Albret désirait depuis longtemps que sa fille unique lui donnât un héritier mâle. Selon la tradition rapportée par les chroniqueurs (Jean-Baptiste Legrain, André Favyn), Henri, aussitôt né, est donc remis entre les mains de son grand-père qui l’emmène dans sa chambre, lui frotte les lèvres avec une gousse d’ail et lui fait respirer une coupe de vin, sans doute de Jurançon, où le roi de Navarre possédait une vigne achetée en 1553. Ce « baptême béarnais » est une pratique courante avec les nouveau-nés, dans le but de prévenir les maladies et ce type de bénédiction persiste les siècles suivants pour les baptêmes des enfants de la maison de France. Henri d’Albret lui offre une carapace de tortue, qu’on montre encore dans une pièce du château de Pau qu’une tradition incertaine donne pour être la « chambre d’Henri IV » qui faisait partie de l’appartement de Jeanne d’Albret. Suivant l’usage de la couronne de Navarre, il reçoit en tant que fils aîné le titre de prince de Viane.

Le futur Henri IV est baptisé dans la religion catholique quelques semaines après sa naissance, le , dans la chapelle du château de Pau, par le cardinal d’Armagnac. Ses parrains sont le roi de France Henri II et Henri II de Navarre (d’où le choix du prénom Henri), ses marraines sont la reine de France Catherine de Médicis et Isabeau d’Albret, sa tante, veuve du comte de Rohan. Pendant la cérémonie, le roi de France Henri II est représenté par le cardinal de Vendôme, frère d’Antoine de Bourbon.

Henri passe une partie de sa petite enfance dans la campagne de son pays au château de Coarraze. Il fréquente les paysans au cours de ses parties de chasse, et acquiert le surnom de “meunier de Barbaste”. Fidèle à l’esprit du calvinisme, sa mère Jeanne d’Albret prend soin de l’instruire dans cette stricte morale, selon les préceptes de la Réforme.

À l’avènement de Charles IX en 1561, son père Antoine de Bourbon l’amène vivre à la cour de France. Il y côtoie le roi et les princes de la maison royale qui sont de son âge. Ses parents s’opposent sur le choix de sa religion, sa mère désirant l’instruire dans le calvinisme, et son père dans le catholicisme.

Durant la première guerre de religion, Henri est placé par sécurité à Montargis sous la protection de Renée de France. Après la guerre et le décès de son père, il est retenu à la cour comme garant de l’entente entre la monarchie et la reine de Navarre. Jeanne d’Albret obtient de Catherine de Médicis le contrôle de son éducation et sa nomination comme gouverneur de Guyenne (1563).

De 1564 à 1566, il accompagne la famille royale durant son grand tour de France et retrouve à cette occasion sa mère qu’il n’avait pas revue depuis deux ans. En 1567, Jeanne d’Albret le fait revenir vivre auprès d’elle dans le Béarn.

En 1568, Henri participe à titre d’observateur à sa première campagne militaire en Navarre. Il poursuit ensuite son apprentissage militaire durant la troisième guerre de religion. Sous la tutelle de l’amiral de Coligny, il assiste aux batailles de Jarnac, de La Roche l’Abeille et de Moncontour. Il combat pour la toute première fois en 1570, lors de la bataille d’Arnay-le-Duc.

En 1584, le frère cadet du roi de France, François d’Anjou, meurt sans héritier. N’en ayant pas lui-même, le roi Henri III envisage de confirmer Henri de Navarre comme son héritier légitime. Il lui envoie le duc d’Épernon pour l’inviter à se convertir et à revenir à la cour. Mais quelques mois plus tard, contraint par les Guise de signer le traité de Nemours, il lui déclare la guerre et met hors la loi tous les protestants. La rumeur dit qu’en une nuit, la moitié de la moustache du futur Henri IV blanchit.

Commence alors un conflit où Henri de Navarre affronte à plusieurs occasions le duc de Mayenne. Relaps, Henri est de nouveau excommunié par le pape, puis il doit affronter l’armée royale qu’il bat à la bataille de Coutras en 1587.

Plusieurs revirements apparaissent en 1588. La mort du prince Henri de Condé le place clairement à la tête des protestants. L’élimination violente du duc de Guise l’amène à se réconcilier avec Henri III. Les deux rois se retrouvent tous les deux au château de Plessis-lèz-Tours et signent un traité le 30 avril 1589. Alliés contre la Ligue qui contrôle Paris et la plus grande partie du royaume de France, ils parviennent à mettre le siège devant Paris en juillet. Le 1er août 1589, avant de mourir le lendemain des blessures que vient de lui infliger le moine fanatique Jacques Clément, le roi Henri III reconnaît formellement son beau-frère et cousin issu de germain le roi de Navarre comme son successeur légitime, et celui-ci devient le roi Henri IV (“Roy Orleans donra mur legitime“).

Pour Henri IV commence la longue reconquête du royaume, car les trois quarts des Français ne le reconnaissent pas pour roi. Les catholiques de la Ligue refusent de reconnaître la légitimité de cette succession (“L’ombre du regne de Navarre non vray“).

Conscient de ses faiblesses, Henri IV doit d’abord commencer par conquérir les esprits. Les royalistes catholiques lui demandent d’abjurer le protestantisme, lui qui à neuf ans avait déjà changé trois fois de religion (“Fera la vie de sort illegitime“). Il refuse, mais dans une déclaration publiée le 4 août, il indique qu’il respectera la religion catholique. Beaucoup hésitent à le suivre, certains protestants comme La Trémoille quittent même l’armée, qui passe de 40 000 à 20 000 hommes.

Affaibli, Henri IV doit abandonner le siège de Paris car les seigneurs rentrent chez eux, ne voulant pas servir un protestant. Appuyés par l’Espagne, les ligueurs relancent les hostilités, le contraignant à se replier personnellement à Dieppe, en raison de l’alliance avec la reine Élisabeth Ire d’Angleterre, tandis que ses troupes refluent partout.

Cependant, Henri IV est victorieux de Charles de Lorraine, duc de Mayenne, le 29 septembre 1589 lors de la bataille d’Arques. Au soutien des nobles, huguenots et politiques rassurés par ce chef de guerre solide et humain, s’ajoutent ceux de Conti et Montpensier (princes du sang), Longueville, Luxembourg et Rohan-Montbazon, ducs et pairs, des maréchaux Biron et d’Aumont, et d’assez nombreux nobles (Champagne, Picardie, Île-de-France).

Il échoue par la suite à reprendre Paris, mais prend d’assaut Vendôme. Il arrive devant Le Mans, après avoir pris en passant quelques villes de Touraine. Là aussi, il veille à ce que les églises restent intactes, et à ce que les habitants ne souffrent pas du passage de son armée. Grâce à cet exemple, toutes les villes entre Tours et le Mans se rendent sans combat. La plupart des villes voisines, à la suite de la chute du Mans, n’essaient pas de résister. Beaumont, Sablé, Château-Gontier ouvrent leurs portes. Guillaume Fouquet de La Varenne est dépêché dans le Maine et l’Anjou pour y répandre la nouvelle de ce succès. Laval se rend à son tour, Henri de Navarre y entre le 9 décembre 1589. En quittant Laval, Henri se dirige vers Mayenne dont il s’assure, puis vers Alençon où Biron l’attend.

Il bat à nouveau les Ligueurs et les Espagnols à Ivry le 14 mars 1590, assiège Dreux sans succès puis affame Paris, mais ne peut prendre la ville, qui est ravitaillée par les Espagnols. L’approche du duc de Mayenne et du duc de Parme lui fait lever le siège.

Les protestants lui reprochent de ne pas leur donner la liberté de culte : en juillet 1591, il rétablit par l’Édit de Mantes (à ne pas confondre avec l’Édit de Nantes de 1598) les dispositions de l’édit de Poitiers (1577), qui leur donnait une liberté très limitée du culte. Le duc de Mayenne, alors en guerre contre Henri IV, convoque les États généraux en janvier 1593, dans le but d’élire un nouveau roi . Mais il est déjoué : les États négocient avec le parti du roi, obtiennent une trêve, puis sa conversion. Encouragé par l’amour de sa vie, Gabrielle d’Estrées, et surtout très conscient de l’épuisement des forces en présence, tant au niveau moral que financier, Henri IV, en fin politique, choisit d’abjurer la foi calviniste. Le 4 avril 1592, par une déclaration connue sous le nom d’« expédient », Henri IV annonce son intention d’être instruit dans la religion catholique.

Henri IV abjure solennellement le protestantisme, le 25 juillet 1593 en la basilique Saint-Denis. On lui a prêté, bien à tort, le mot selon lequel « Paris vaut bien une messe » (1593), même si le fond semble plein de sens. Afin d’accélérer le ralliement des villes et des provinces (et de leurs gouverneurs), il multiplie les promesses et les cadeaux, pour un total de 25 millions de livres. L’augmentation des impôts consécutive (multiplication par 2,7 de la taille) provoque la révolte des croquants dans les provinces les plus fidèles au roi, Poitou, Saintonge, Limousin et Périgord.

Article Wikipédia Henri III.

Il est le quatrième fils d’Henri II, roi de France, et de Catherine de Médicis. Il est, dans un premier temps, baptisé sous le prénom d’Alexandre Édouard, et titré duc d’Angoulême, avec pour parrains le roi Édouard VI d’Angleterre et Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, futur roi de Navarre, et pour marraine l’épouse de ce dernier, Jeanne d’Albret, princesse de Viane, future Jeanne III de Navarre. En 1560, à l’avènement de son frère Charles IX, il devient duc d’Orléans (“Roy Orléans“). Il prend lors de sa confirmation à Toulouse, le , le prénom de son père : Henri. Le 8 février 1566, il devient duc d’Anjou.

En 1581, les Français prirent le Cambrésis, les Espagnols le leurs enlèvent en 1595.

 

Voir quatrain IX-50 (avènement d’Henri IV).

Voir quatrain X-18 (prise de pouvoir par Henri IV).