X-89 : Versailles et règne de Louis XIV (1659-1715).

X-89

 

Plan du château de Versailles en 1746.

 

Scholie Jean-Charles de Fontbrune.

 

Les murs de brique seront reconstruits en marbre, cinquante-sept années connaîtront la paix, joie aux hommes, l’aqueduc rénové, santé, grands fruits, époque de joie et de douceur.

Mélifiques : le miel est toujours symbole de douceur chez Nostradamus come dans la bible.

Article Wikipédia château de Versailles.

 

Le château de Versailles est un château et un monument historique français qui se situe à Versailles, dans les Yvelines, en France. Il fut la résidence des rois de France Louis XIV, Louis XV et Louis XVI. Le roi et la cour y résidèrent de façon permanente du au , à l’exception des années de la Régence de 1715 à 1723.

Avant le château, la première mention de Versailles remonte à 1038 dans une charte de l’abbaye Saint-Père de Chartres. En 1561, le domaine de Versailles et sa demeure seigneuriale sont vendus à Martial de Loménie, secrétaire des finances de Charles IX.

Albert de Gondi, comte de Retz, favori italien de la reine Catherine de Médicis, devient pour 35 000 livres propriétaire de la seigneurie de Versailles et de son château, consistant alors en une demeure seigneuriale située à l’emplacement de l’actuel hôtel des Affaires étrangères et de la Marine.

En 1589, un mois avant qu’il ne devienne roi de France, le roi de Navarre séjourne à Versailles. Revenant de Blois, il s’y arrête du 7 au 9 juillet et est reçu par Albert de Gondi ; il y retourne en 1604 et 1609. Dès 1607, le futur Louis XIII, alors âgé de six ans, fait sa première chasse à Versailles.

Au début du XVIIe siècle, les terres environnantes sont donc la propriété d’une part de la famille de Gondi et d’autre part du prieuré Saint-Julien de Versailles dont le prieur est Mathieu Mercerie. De 1622 à 1654, Jean-François de Gondi est archevêque de Paris dont dépend hiérarchiquement le prieuré Saint-Julien. Jean-François de Gondi, seigneur de Versailles, est donc propriétaire du domaine qui est acquis par le roi en 1623. « La terre et seigneurie de Versailles » sont elles vendues au roi le 8 avril 1632 par ce même Jean-François de Gondi. Sur le terrain de l’actuel château de Versailles, ne se trouve alors qu’un moulin à vent.

En 1623 Louis XIII, atteint d’agoraphobie et pris d’un besoin de retraite spirituelle décide de faire construire un modeste pavillon de chasse en brique et pierre (“De brique“) au sommet du plateau de Versailles, sur le chemin allant de Versailles à Trianon, en un lieu appelé le Val-de-Galie. Il fait acheter le le moulin et la maison du meunier sis sur la butte entourée de marais. On ignore le nom de l’architecte mais le maître maçon se nomme Nicolas Huau. Comme le mentionne le marché publié par Jean Coural en 1959, le bâtiment consiste alors en un simple corps de logis de 35 mètres de long sur 5,80 mètres de large, s’élevant sur trois niveaux (trois étages : rez-de-chaussée, premier étage et galetas) à sept travées auquel s’ajoutent deux ailes en retour, légèrement plus basses (deux étages) et également en sept travées, de 27,30 mètres de long sur 4,85 mètres de large. L’ensemble est entouré de fossés précédés d’une terrasse et d’un jardin de deux hectares dessiné par l’intendant des jardins du roi Jacques Boyceau. L’avant de la cour est fermé par un mur percé d’une porte cochère surmontée d’un tympan sculpté aux armes royales. Louis XIII participe personnellement à l’élaboration du plan de ce premier édifice et en prend possession le .

S’il constitue son rendez-vous de chasse favori, il ne forme pourtant qu’une construction rustique et purement utilitaire. La disposition bastionnée de terre et les fossés qui l’entourent, rappellent encore certaines constructions féodales. Ses matériaux de médiocre qualité (moellon avec mortier de chaux et sable enduit d’un crépi, encadrement des fenêtres en fausses pierres de plâtre) rappellent quant à eux l’hôtel de Guénégaud.

Louis XIII achète à Jean de Soisy un terrain dont la famille de celui-ci est propriétaire depuis le XIVe siècle et y fait bâtir cette nouvelle habitation. Dans sa petite demeure, il reçoit de temps à autre sa mère Marie de Médicis et son épouse Anne d’Autriche. Elles ne font qu’y passer sans jamais y coucher, le château de Louis XIII ne comportant pas d’appartement pour les femmes.

L’appartement du roi comprend une petite galerie où était accroché un tableau représentant le siège de La Rochelle, puis viennent quatre pièces dont les murs sont couverts de tapisseries. Le salon du roi occupe le centre de l’édifice, emplacement qui correspond aujourd’hui à celui du lit de Louis XIV.

Le 11 novembre 1630, le cardinal de Richelieu se rend secrètement à Versailles dans le but de regagner la confiance du roi en dépit des pressions exercées sur ce dernier par la reine-Mère et le parti dévot. Cet événement sera connu, plus tard, sous le nom de Journée des dupes et constitue pour le château le premier acte politique d’importance avant qu’il ne devienne une résidence d’État. Richelieu resta Premier ministre et la reine-Mère fut exilée.

Ce château est surnommé à cause de sa petite taille « le chétif château », ou « le chestif chasteau » en ancien français, par le maréchal de Bassompierre. Saint-Simon l’appelle aussi « le château de cartes », à cause de ses couleurs (les briques rouges, le toit d’ardoises noires et la pierre blanche) qui rappellent celles d’un jeu de cartes (“De brique“), ou « le méchant cabaret à rouliers » pour souligner ainsi la modestie de la construction de Louis XIII par rapport à celle de son fils. Un inventaire de 1630 fait en effet état uniquement pour l’appartement du roi au premier étage de quatre pièces tendues de tapisseries, d’une antichambre, d’une garde-robe, d’un bureau et d’une chambre.

À la mort de Louis XIII, le 14 mai 1643, son descendant, le jeune Louis XIV, n’est âgé que de quatre ans et huit mois. Selon un édit du défunt roi passé en avril, le gouvernement de la France est alors confié à sa veuve, Anne d’Autriche, assistée d’un conseil de régence comprenant le duc d’Orléans, lieutenant-général du royaume, le cardinal Mazarin, le chancelier Séguier, les secrétaires d’État Bouthillier et son fils Chavigny. Mais la reine, qui ne souhaite pas gouverner avec ces créatures placées par Louis XIII et feu le cardinal de Richelieu, obtient du Parlement, le 15 mai 1643 l’administration du royaume et l’éducation du jeune roi. Bien vite, cependant, la reine prend conscience de l’extrême difficulté à exercer seule le pouvoir. Elle fait donc appel au cardinal Mazarin en lui donnant, le 18 mai 1643, le poste de premier ministre. Elle fait également de lui le tuteur de son fils. Le lendemain de la mort du roi, Louis et son jeune frère, le duc Philippe d’Anjou, ont quitté Saint-Germain-en-Laye pour s’installer à Paris, au Palais-Cardinal, rebaptisé Palais-Royal.

On sait que le futur Louis XIV était venu une première fois à Versailles en octobre 1641 avec son frère, pour échapper à une épidémie de vérole qui frappait Saint-Germain-en-Laye. Après la mort de Louis XIII, le petit pavillon de chasse de Versailles, avec son architecture de brique et pierre désuète, tombe dans un oubli relatif. Jusque-là supervisé par Claude de Saint-Simon, père du célèbre mémorialiste, le domaine royal est administré, sans grande conviction, à partir de 1645 par le président au parlement de Paris, René de Longueil, qui prend la charge de capitaine des chasses et par Nicolas du Pont de Compiègne qui devient intendant. La terre de Versailles survit chichement avec 4 000 livres annuelles tirées du produit de ses fermes.

Le jeune Louis se rend à Versailles le 18 avril 1651, pour une partie de chasse, où il est reçu par le capitaine des chasses de Longueil. Il revient dîner sur les lieux les 15 et 28 juin. Les troubles causés à Paris par la Fronde des princes contraignent le roi et la régente à un séjour forcé de trois mois à Poitiers d’octobre 1651 à janvier 1652. Au terme d’un voyage de retour de plusieurs mois, Anne d’Autriche et son fils font étape à Versailles le 27 avril 1652 pour dîner avant de rejoindre Saint-Germain-en-Laye. Le 14 novembre, le roi accompagné de Monsieur, son frère, et d’une partie de la cour va « prendre le divertissement de la Chasse à Versailles ». Il y retourne pour la même occupation les 8 et 22 janvier 1653. Le 3 avril, le jeune Louis passe la nuit à Versailles et y retourne deux semaines plus tard pour chasser. Le 20 mai, il vient chasser le renard en compagnie du cardinal Mazarin et reste dormir sur place.

Du fait de ces visites régulières, on remplace, dans la charge de capitaine des chasses, le président de Longueil, peu impliqué dans la gestion du domaine, par Louis Lenormand, sieur de Beaumont, le 28 juin 1653. Mais l’intérêt du souverain pour Versailles ne se confirme pas. Le jeune monarque de 14 ans préfère aller chasser à Vincennes. En cinq années, il ne vient à Versailles que quatre fois, de la fin 1654 à l’automne 1660. Le domaine traverse alors une période de déshérence et d’irrégularités, marquée par les querelles violentes entre le colérique concierge du château, Henry de Bessay, sieur de Noiron (nommé en 1654) et le jardinier Guillaume Masson (nommé en 1652). En mars 1665 Noiron tire un coup de pistolet sur Masson et le menace de son épée. Le jardinier indélicat, quant à lui, exploite le parc à son profit en détournant du foin ou du bois, et en utilisant les terres comme pâturages pour ses bêtes ou celles de propriétaires des environs.

La situation ne s’améliore guère par la suite. Pour des raisons administratives, l’intendant Nicolas du Pont de Compiègne démissionne de sa charge. À sa place on nomme, le 11 mars 1659, Louis Lenormand, sieur de Beaumont, qui cumule donc la charge d’intendant avec celle de capitaine des chasses dont il est titulaire depuis cinq ans. Mais M. de Beaumont se décharge des fonctions d’intendance, qui ne correspondent pas à son rang, sur son propre intendant, Denis Raimond qui se révèle peu efficace. Le laisser-aller règne sur le domaine royal, encore aggravé par l’assassinat, en forêt de Saint-Germain-en-Laye, de M. de Beaumont, le 3 mai 1660.

En septembre 1660, le roi amorce la reprise en main du domaine. Au lieu de donner un successeur à M. de Beaumont, il donne commission d’intendance à son proche serviteur, Jérôme Blouin, premier valet de chambre du roi, « ayant clefs des coffres de nostre chambre et couchant en icelle ». Ce dernier remet de l’ordre dans la gestion du domaine en congédiant, sur ordre du roi, le jardinier Hilaire II Masson, accusé de déprédations. Louis XIV demande également que l’inventaire du château soit vérifié. Et le concierge Henry de Bessay, sieur de Noiron doit, sur ordre du roi du 11 octobre 1660, se retirer à Saint-Germain-en-Laye Quatre mois après son mariage avec Marie-Thérèse d’Autriche, Louis XIV va « prendre le divertissement de la Chasse » avec son épouse à Versailles, le 25 octobre 1660. C’est à cette époque que l’intérêt du roi pour le domaine de son père se manifeste de façon explicite. Il envisage d’agrandir le jardin et de créer un nouveau parc d’une « étendue considérable ». Dès le mois de novembre, Blouin se met en quête de financements pour ces travaux à venir. À cet effet, il remet en vente le fermage de la seigneurie et parvient non sans difficulté à le faire accepter par le receveur-fermier alors en place, Denis Gourlier, pour la somme de 5 200 livres.

Le premier changement effectif à Versailles concerne le verger. Le roi souhaite en faire régulariser la forme et augmenter la surface. Il veut également le clore d’un mur. Il ordonne que les terrains nécessaires à cette opération soient mis à sa disposition au 31 décembre 1660. Entre l’automne 1660 et le début de 1661, les travaux d’arpentages sont menés. Le 9 mars 1661, alors que le cardinal Mazarin vient de mourir, Louis XIV annonce qu’il exercera le pouvoir directement, sans nommer un nouveau Premier ministre. Le lendemain, sa première décision officielle consiste en la nomination de Jean-Baptiste-Amador de Vignerot Du Plessis, marquis de Richelieu, comme capitaine des chasses en remplacement de M.de Beaumont assassiné en 1660. Mais la gestion du domaine de Versailles, non mentionnée dans la capitainerie attribuée à Du Plessis, demeure sous le contrôle de Blouin.

Dans les premiers mois de 1661, le roi charge le peintre Charles Errard de remettre en état les appartements du château. Mais avec la naissance prochaine du dauphin et le mariage à venir de Monsieur, frère du roi, la famille royale va s’agrandir. Il faut donc procéder rapidement à un réaménagement de la distribution des pièces. Le rez-de-chaussée et l’étage sont divisés en appartements royaux ou princiers, desservis par deux nouveaux escaliers dans les ailes latérales. L’escalier de Louis XIII au centre du corps de logis est supprimé.

L’historiographie romantique veut que les architectes et jardiniers de Versailles Charles Le Brun, André Le Nôtre et Louis Le Vau se soient inspirés du château de Vaux-le-Vicomte, mais en fait Louis XIV n’a pas eu à capter tous ces talents au service de Nicolas Fouquet au profit de la monarchie puisqu’ils sont au service du roi depuis des années.

Sans compter des modifications mineures effectuées à partir de 1661, auxquelles le roi ne consacra qu’une somme modeste d’un million et demi de livres, les phases de construction se déclenchèrent en 1664 avec la première campagne de construction. En dépit des résultats de la construction d’un des plus merveilleux palais d’Europe, les poursuites de Louis XIV déclenchèrent des critiques sournoises parmi ses courtisans. Il reste cependant des témoignages de ces secrètes oppositions ; le lieu parut surtout mal choisi ; Saint-Simon le rapportant ainsi : Versailles, lieu ingrat, triste, sans vue, sans bois, sans eaux, sans terre, parce que tout est sable mouvant et marécage, sans air, par conséquent qui n’est pas bon.

À cette époque, Versailles n’était qu’une résidence d’agrément, où des fêtes étaient données dans les jardins (“Santé, grands fruicts, joye & temps melifique“), le Louvre demeurant officiellement le palais royal. Dans une lettre restée célèbre, Colbert se plaignit d’ailleurs que Louis XIV délaissât le Louvre :

« Pendant le temps qu’elle a dépensé de si grandes sommes en cette maison, elle a négligé le Louvre, qui est assurément le plus superbe palais qu’il y ait au monde et le plus digne de la grandeur de Nostre Majesté. Et Dieu veuille que tout d’occasions qui la peuvent nécessiter d’entrer dans quelque grande guerre, en luy ostant les moyens d’achever ce superbe bastiment, ne luy donnent pas longtemps le déplaisir d’en avoir perdu le temps et l’occasion ! …

Ô quelle pitié, que le plus grand roy et le plus vertueux, de la véritable vertu qui fait les plus grands princes, fust mesuré à l’aune de Versailles ! »

Cette phase de construction résultait des exigences de logement pour les membres de la cour invités au divertissement nommé fête des Plaisirs de l’Île enchantée (“Santé, grands fruicts, joye & temps melifique“). Au cours des fêtes de 1664 et 1668, les courtisans mesurèrent l’incommodité du petit château, car beaucoup ne trouvèrent pas de toit pour dormir. Le roi, désireux d’agrandir celui-ci, confia cette tâche à Le Vau qui présenta plusieurs projets. Le premier prévoyait la destruction du château primitif et son remplacement par un palais à l’italienne. Le deuxième projet proposait d’agrandir le château, côté jardin, par une enveloppe de pierre (“De brique en marbre seront les murs reduits“). Sur les conseils de Colbert, le roi opta pour la seconde solution. Tenue pendant une semaine en mai 1664, Louis XIV présenta le divertissement – une prélude en allégorie de la Guerre de Dévolution – comme hommage officiel à sa mère, Anne d’Autriche et à sa femme, Marie-Thérèse d’Autriche ; mais, en réalité, le roi offrit la fête à sa favorite, Louise de La Vallière.

À partir de1664, Louis XIV fit aménager Versailles de façon à pouvoir y passer plusieurs jours avec son Conseil et membres de la Cour. Il décida de conserver le château initial bâti par Louis XIII, plus pour des raisons financières que sentimentales. Le Vau tripla la superficie du château, qui fut décoré avec beaucoup de luxe, en reprenant notamment le thème du soleil, omniprésent à Versailles. Le jardin de Versailles, particulièrement apprécié par Louis XIV, fut orné de sculptures de Girardon et de Le Hongre.

En 1665, les premières statues sont installées dans le jardin et la grotte de Téthys construite. La première orangerie, la ménagerie et la grotte de Téthys caractérisèrent la construction à cette époque. Deux ans plus tard, commença le creusement du Grand Canal.

La deuxième campagne de construction fut inaugurée avec le Traité d’Aix-la-Chapelle, le traité qui a mis fin de la Guerre de Dévolution, et fut célébrée par la fête qui aura lieu le 18 juillet 1668. Connue sous le terme de « Grand Divertissement Royal de Versailles », elle sera marquée par la création de Georges Dandin, de Molière, et des Fêtes de l’Amour et du Hasard, de Lully. Comme lors de la fête de 1664, certains courtisans ne trouvèrent pas de toit pour dormir, ce qui conforta le Roi dans ses projets d’agrandir le château. Le projet finalement accepté fut caractérisé par une enveloppe de pierre (“De brique en marbre seront les murs reduits“).

À cette époque, le château commença à prendre des aspects qu’on voit aujourd’hui. La modification la plus importante de cette période fut l’enveloppe du château de Louis XIII (“De brique en marbre seront les murs reduits“). L’enveloppe – connue également comme le château neuf afin de se distinguer du vieux château de Louis XIII – environna celui-ci au nord, à l’ouest et au sud. Le château neuf fournit des logements nouveaux pour le roi, la reine et les membres de la famille royale. Le premier étage fut réservé complètement pour deux appartements : le Grand Appartement de la Reine (côté sud) et le Grand Appartement du Roi (côté nord). Au rez-de-chaussée du château neuf, deux appartements furent aménagés : l’appartement des bains, côté nord ; l’appartement pour le frère et belle-sœur du roi, le duc et la duchesse d’Orléans. À l’ouest, une terrasse s’édifia sur les jardins ; celle-ci fut supprimée quelques années plus tard pour faciliter le passage entre les appartements du roi et de la reine. À son emplacement fut construite la galerie des Glaces. Au deuxième étage, des appartements furent aménagés pour d’autres membres de la famille royale et membres choisis de la cour. À la mort de Louis Le Vau, le 11 octobre 1670, Colbert désigna les travaux architecturaux à François II d’Orbay.

Avec le traité de Nimègue, qui mit fin à la guerre de Hollande, se déclencha la troisième campagne de construction à Versailles. Sous la direction de Jules Hardouin-Mansart, le château prit les aspects ce que nous lui connaissons aujourd’hui. La galerie des Glaces avec ses salons jumeaux – le salon de la Guerre et le salon de la Paix, les ailes au nord et au sud – dits respectivement « aile de Noble » et « aile des Princes » (également « aile du Midi ») et des travaux herculéens aux jardins furent les caractéristiques de marque de cette ère du règne du Roi Soleil. À cette époque, – |Le Brun]] acheva le décor des Grands Appartements.

Dès lors que Louis XIV décida d’installer la Cour et le pouvoir central à Versailles, en 1682, le château rassembla des milliers de personnes : la famille royale et ses officiers commensaux (ceux qui la servaient), les courtisans et leurs propres domestiques, les ministres et leurs multiples commis, mais aussi tout un personnel de serviteurs, d’ouvriers, de marchands. Ces « gens du château », comme on les nommait, permettaient la bonne marche quotidienne de la « mécanique » versaillaise et de l’État.

Louis XIV organise l’année de sa mort sa dernière cérémonie à Versailles lors d’une audience extraordinaire accordée le dans la galerie des Glaces au Mehmet Rıza Beğ de Perse, l’ambassadeur du Chah Huseyin de Perse. Il est accompagné de l’Arménien Hagopdjan de Deritchan. C’est aussi la première manifestation d’envergure à laquelle assiste le futur Louis XV.

Le une seconde audience est accordée à l’ambassade qui débouche cette fois sur la signature du traité de commerce et d’amitié entre la France et la Perse. Celui-ci prévoit – notamment – l’établissement d’un consulat de Perse à Marseille, principal port de commerce avec l’Orient dont les arméniens détenaient le monopole. Hagopdjan de Deritchan est ainsi choisi pour le rôle de premier consul dans le but de faciliter leurs activités et faire reconnaître le protectorat dont ils bénéficient.

Cet événement révèle le contexte historique dans lequel Montesquieu écrit ses Lettres persanes qu’il fait éditer en 1721 à Amsterdam sous le pseudonyme « Pierre Marteau » alors que la ville comptait de nombreux marchands arméniens et perses.

Article Wikipédia Louis XIV.

Louis XIV dit Louis le Grand ou le Roi-Soleil, né le au Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye, à Saint-Germain-en-Laye, et mort le à Versailles, est un roi de France et de Navarre. Il règne sur le royaume de France du à sa mort le .

Né Louis, surnommé « Dieudonné », il monte sur le trône de France au décès de son père Louis XIII, le 14 mai 1643, quelques mois avant son cinquième anniversaire. Il est le 64e roi de France, le 44e roi de Navarre et le troisième roi de France issu de la dynastie des Bourbons. Son règne de 72 ans est l’un des plus longs de l’histoire d’Europe, et le plus long de l’Histoire de France.

Il marque l’apogée de la construction séculaire d’un absolutisme de droit divin. Après une minorité troublée par la révolte de la Fronde de 1648 à 1653, Louis XIV assume personnellement le gouvernement à la mort du cardinal Mazarin en 1661 en ne prenant plus de ministre principal. Son autorité se déploie avec la fin des grandes révoltes nobiliaires, parlementaires, protestantes et paysannes qui avaient marqué les décennies précédentes. Le monarque impose l’obéissance à tous les ordres et contrôle les courants d’opinion (y compris littéraires ou religieux), parmi lesquels le jansénisme à partir de 1660 et le protestantisme au travers de la révocation de l’édit de Nantes en 1685. Louis XIV construit un État centralisé, où son rôle direct est encore accentué après le décès des ministres Colbert en 1683 et Louvois en 1691.

Par la diplomatie et la guerre, il accroît sa puissance en Europe, en particulier contre les Habsbourg. Sa politique du « pré carré » cherche à agrandir et rationaliser les frontières du pays, protégée par la « ceinture de fer » de Vauban qui fortifie les villes conquises. Pour obtenir une prédominance économique, un effort de développement commercial et colonial est conduit, notamment par son ministre Colbert.

À partir de 1682, Louis XIV dirige son royaume depuis le vaste château de Versailles, modèle architectural de nombreux palais européens et dont il a dirigé la construction. Sa cour soumet la noblesse, étroitement surveillée, à une étiquette très élaborée. Le prestige culturel s’y affirme grâce au mécénat royal en faveur d’artistes tels que Molière, Racine, Boileau, Lully, Le Brun et Le Nôtre, ce qui favorise l’apogée du classicisme français, qualifié, dès son vivant, de « Grand Siècle », voire de « Siècle Louis XIV » (“Ioye aux humains, renoué l’aqueduict“).

Sa difficile fin de règne est marquée par l’exode des protestants persécutés, par des revers militaires, par les deux famines de 1693 et de 1709 qui font près de deux millions de morts, par la révolte des Camisards et par les nombreux décès de ses héritiers royaux. Tous ses enfants et petits-enfants dynastes sont morts, et son successeur, son arrière-petits-fils Louis XV, n’a que cinq ans à la mort du roi, et pourtant, même après la régence assez libérale de Philippe d’Orléans, l’absolutisme perdure, attestant ainsi de la solidité du régime construit par Louis XIV.

Habité par l’idée de sa gloire et de son droit divin, soucieux d’accomplir en permanence son « métier de roi », Louis XIV est devenu l’archétype du monarque absolu aux yeux du monde.

Article Wikipédia Traité des Pyrénées.

Le traité des Pyrénées formalise une paix conclue entre la couronne d’Espagne et la France à l’issue de la guerre franco-espagnole, commencée en 1635 dans le cadre de la guerre de Trente Ans (1618-1648), et ayant continué durant la Fronde.

Il est signé le 7 novembre 1659 sur l’île des Faisans, au milieu du fleuve côtier Bidassoa qui marque la frontière entre les deux royaumes dans les Pyrénées-Atlantiques. Les rois Louis XIV et Philippe IV y sont représentés par leurs Premiers ministres respectifs, le cardinal Mazarin et don Luis de Haro.

Le traité des Pyrénées est le dernier acte diplomatique d’importance de Mazarin. Suivant les traités de Westphalie, il donne à Louis XIV une stabilité ainsi qu’un avantage diplomatique considérable :

  • l’affaiblissement du prince de Condé ;
  • l’affaiblissement de la couronne d’Espagne et la prépondérance de la France en Europe ;
  • la dot de 500 000 écus est un facteur très important. Soit la dot sera versée et les finances de la France se porteront mieux, soit elle ne le sera pas – ce qui sera le cas – et ce sera un élément important en faveur de Louis XIV sur le plan diplomatique ;
  • la future reine de France renonce par là-même, pour elle et sa descendance, à ses droits sur la couronne d’Espagne (origine de la guerre de Dévolution entre mai 1667 et 1668) et qui permettra à Louis XIV, plus tard, de soutenir les droits à la succession à la couronne espagnole ;
  • la cession de certains territoires à la France (l’Artois, le Roussillon, 33 villages de Cerdagne, et plusieurs places fortes en Flandre et au Luxembourg comme Thionville, Gravelines, Montmédy et Philippeville. Le duché de Lorraine sera partagé et verra l’arrivée de casernes françaises) ;
  • la frontière entre les deux royaumes délimitée par plusieurs centaines de bornes. Elle ne sera pas strictement conservée. Sous le Second Empire, elle sera définie par les délégués français de la Commission mixte pour la délimitation de la frontière, ou lors du traité de Bayonne conclu le 2 décembre 1856.

La France est désormais la grande puissance de l’Europe, et les Bourbons prennent définitivement le dessus sur les Habsbourg (“Sept & cinquante annees pacifiques“).

En 1660, avec la fin de la Première Guerre du Nord, l’Europe est entièrement en état de paix.