VIII-57 : L’ascenssion de Napoléon (1785-1804)

De soldat simple parviendra en empire,
De robbe courte parviendra à la longue :
Vaillant aux armes en Eglise ou plus pyre,
Vexer les prestres comme l’eau fait l’esponge.

 

 

Mon analyse :

 

De simple lieutenant (« De soldat simple ») qu’il fut d’abord, en 1785, Bonaparte parviendra (« parviendra ») à devenir Empereur (« en empire »). Il changera la robe courte consulaire (« robbe courte »), contre le manteau impérial (« robbe longue »). Vaillant dans les combats (« Vaillant aux armes »), il serra impitoyable contre l’Eglise (« en Eglise, où plus pyre ») en vexant le clergé catholique (« Vexer les prestres »), comme l’eau qui gonfle et dégonfle une éponge (« comme l’eau fait l’esponge »).

 

Article Wikipédia “Napoléon Ier” :

 

Napoléon Ier, né le 15 août 1769 à Ajaccio, et mort le 5 mai 1821 sur l’île Sainte-Hélène, est le premier empereur des Français, du 18 mai 1804 au 6 avril 1814 et du 20 mars 1815 au 22 juin 1815. Second enfant de Charles Bonaparte et Letizia Ramolino, Napoléon Bonaparte est un militaire, général dans les armées de la Première République française, née de la Révolution, commandant en chef de l’armée d’Italie puis de l’armée d’Orient. Parvenu au pouvoir en 1799, par le coup d’État du 18 Brumaire, il est Premier consul jusqu’au 2 août 1802, puis consul à vie jusqu’au 18 mai 1804, date à laquelle il est proclamé empereur par un sénatus-consulte suivi d’un plébiscite. Il est sacré empereur, en la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804, par le pape Pie VII.
En tant que général en chef et chef d’État, Napoléon tente de briser les coalitions montées et financées par le royaume de Grande-Bretagne et qui rassemblent, depuis 1792, les monarchies européennes contre la France et son régime né de la Révolution. Il conduit pour cela les armées françaises d’Italie au Nil et d’Autriche à la Prusse et à la Pologne : ses nombreuses et brillantes victoires (Arcole, Rivoli, Pyramides, Marengo, Austerlitz, Iéna, Friedland), dans des campagnes militaires rapides, disloquent les quatre premières coalitions. Les paix successives, qui mettent un terme à chacune de ces coalitions, renforcent la France et donnent à son chef, Napoléon, un degré de puissance jusqu’alors rarement égalé en Europe, lors de la paix de Tilsit (1807).
Il réorganise et réforme durablement l’État et la société. Il porte le territoire français à son extension maximale avec 134 départements en 1812, transformant Rome, Hambourg, Barcelone ou Amsterdam en chefs-lieux de départements français. Il est aussi président de la République italienne de 1802 à 1805, puis roi d’Italie de 1805 à 1814, mais également médiateur de la Confédération suisse de 1803 à 1813 et protecteur de la Confédération du Rhin de 1806 à 1813. Ses victoires lui permettent d’annexer à la France de vastes territoires et de gouverner la majeure partie de l’Europe continentale en plaçant les membres de sa famille sur les trônes de plusieurs royaumes : Joseph sur celui de Naples puis d’Espagne, Louis sur celui de Hollande, Jérôme sur celui de Westphalie et son beau-frère Joachim Murat à Naples. Il crée également un duché de Varsovie, sans oser restaurer formellement l’indépendance polonaise, et soumet temporairement à son influence des puissances vaincues telles que le royaume de Prusse et l’empire d’Autriche.
Objet, dès son vivant, d’une légende dorée comme d’une légende noire, il doit sa très grande notoriété à son habileté militaire, récompensée par de nombreuses victoires, et à sa trajectoire politique étonnante, mais aussi à son régime despotique et très centralisé ainsi qu’à son ambition qui se traduit par des guerres d’agression très meurtrières (au Portugal, en Espagne et en Russie) avec des centaines de milliers de morts et blessés, militaires et civils pour l’ensemble de l’Europe. Il tente également de renforcer le régime colonial français d’Ancien Régime en outre-mer, en particulier avec le rétablissement de l’esclavage en 1802, ce qui provoque la guerre de Saint-Domingue (1802-1803) et la perte définitive de cette colonie, tandis que les Britanniques s’assurent le contrôle de toutes les autres colonies entre 1803 et 1810. Cet ennemi britannique toujours invaincu s’obstinant à financer des coalitions de plus en plus générales, les Alliés finissent par remporter des succès décisifs en Espagne (bataille de Vitoria) et en Allemagne (bataille de Leipzig) en 1813. L’intransigeance de Napoléon devant ces sanglants revers lui fait perdre le soutien de pans entiers de la nation française1, tandis que ses anciens alliés ou vassaux se retournent contre lui. Amené à abdiquer en 1814 après la prise de Paris, capitale de l’Empire français, et à se retirer à l’île d’Elbe, il tente de reprendre le pouvoir en France, lors de l’épisode des Cent-Jours en 1815. Capable de reconquérir la France et d’y rétablir le régime impérial sans coup férir, il amène pourtant, du fait de sa mise au ban de l’Europe, le pays dans une impasse avec la lourde défaite de Waterloo qui met fin à l’Empire napoléonien et assure la restauration de la dynastie des Bourbons. Sa mort en exil, à Sainte-Hélène, sous la garde des Anglais, fait l’objet de nombreuses controverses.
Une tradition romantique fait de Napoléon l’archétype du grand homme appelé à bouleverser le monde. C’est ainsi que le comte de Las Cases, auteur du Mémorial de Sainte-Hélène, tente de présenter Napoléon au Parlement britannique dans une pétition rédigée en 18182. Élie Faure, dans son ouvrage Napoléon, qui a inspiré Abel Gance, le compare à un « prophète des temps modernes ». D’autres auteurs, tel Victor Hugo, font du vaincu de Sainte-Hélène le « Prométhée moderne ». L’ombre de « Napoléon le Grand » plane sur de nombreux ouvrages de Balzac, Stendhal, Musset, mais aussi de Dostoïevski, de Tolstoï et de bien d’autres encore. Par ailleurs, un courant politique français émerge au XIXe siècle, le bonapartisme, se revendiquant de l’action et du mode de gouvernement de Napoléon.

 

Naissance.

 

Napoléon Bonaparte naît à Ajaccio, dans la maison familiale (transformée aujourd’hui en musée3), le 15 août 1769, un an après le traité de Versailles par lequel Gênes cède la Corse à la Franceb. Ondoyé à domicile, il a pour nom de baptême Napoleone Bonaparte, et n’est baptisé à la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption d’Ajaccio que le 21 juillet 1771. Issu d’une famille faisant partie de la noblesse de robe italo-corse dont la présence sur l’île est attestée depuis le XVIe siècle4 (maison Bonaparte d’origine toscane5), il est le quatrième enfant (second des enfants survivants) de Charles Bonaparte, avocat au Conseil supérieur de l’île, et de Maria Letizia Ramolino. Son prénom, Napoleone (ou Nabulione selon la graphie corse6), lui est donné en mémoire d’un oncle mort à Corte en 17677.

Enfance et formation militaire.

 

Le 8 juin 1777, Charles Bonaparte est élu député de la noblesse de Corse. En cette qualité, il fait partie de la députation que l’Assemblée générale des états de la Corse envoie à Versailles auprès du roi Louis XVI. Le 15 décembre 1778, il part pour Versailles où Louis XVI le reçoit en audience une seconde fois8, la première rencontre avec le roi datant de 1776. À cette occasion, le comte de Marbeuf, gouverneur de l’île, fait obtenir, auprès du ministre de la guerre le prince de Montbarrey, une bourse pour faire entrer le deuxième fils de Charles à l’école militaire, l’aîné Joseph étant destiné à suivre une carrière ecclésiastique.
Le 1er janvier 1779, Charles Bonaparte fait entrer provisoirement ses deux fils Joseph et Napoléon au collège d’Autun. Napoléon y reste trois mois, le temps pour son père de faire les démarches permettant de le faire admettre à l’école militaire. Pour obtenir une bourse du roi, il faut fournir les preuves de sa noblesse et de quatre degrés d’ancienneté. Le dossier fut examiné par le juge d’armes Antoine-Marie d’Hozier de Serigny.

École militaire de Brienne (1779-1784).

 

Charles Bonaparte ayant fourni les preuves de noblesse de la famille, Napoléon est agréé par le ministère de la Guerre pour entrer au collège militaire de Tiron, mais, à la suite de défections, il est finalement admis à l’école royale militaire de Brienne-le-Château (aujourd’hui dans l’Aube). Napoléon y entre le 15 mai 1779 en classe de septième. C’est l’un des douze collèges de France qui accueillent les enfants de la petite noblesse. Il va y rester cinq ans. Bonaparte n’aurait pas été très apprécié de ses camarades, notamment à cause de son admiration pour Pascal Paoli. Selon Jacques Godechot, les témoignages sur le séjour de Brienne sont contradictoires et sujets à caution. Il montre déjà une propension à l’art du commandement, en organisant des jeux militaires dont il prend la tête. Une bataille de boules de neige, qu’il aurait dirigée un hiver, fait partie de sa légende. Son frère Joseph, ayant abandonné son projet d’entrer au séminaire, étudie le droit, Lucien entre au séminaire d’Aix-en-Provence et ses sœurs sont éduquées par Mme Campan.
Son père lui rend visite le 21 juin 1784. Le 22 septembre de la même année, le sous-inspecteur des écoles Marie-Antoine-Sérapion Reynaud des Monts fait passer aux élèves cadets de Brienne l’examen d’entrée à l’École militaire de Paris, où après un an d’études ils pourront être affectés à un régiment d’artillerie, du génie ou de la marine. Napoléon est jugé apte à y entrer ainsi que quatre de ses condisciples.

École militaire de Paris (1784-1785).

 

Il quitte l’école de Brienne le 17 octobre et arrive cinq jours plus tard à Paris où il intègre la compagnie des cadets gentilshommes18. Le 24 février 1785, Charles Bonaparte meurt d’un cancer de l’estomac ; le rôle de chef de la famille échoit alors à l’aîné Joseph, mais Napoléon le juge d’un caractère trop faible pour diriger la famille19. En septembre, il passe l’examen de sortie de l’école ; l’inspecteur des Écoles, Agathon Guinement, chevalier de Keralio, le juge apte à être affecté à un régiment de la marine, mais la mère de Napoléon refuse et il est finalement intégré à un régiment d’artillerie20 interrogé par le mathématicien Pierre-Simon de Laplace.

Affectation au régiment d’artillerie de la Fère.

 

Il est reçu sous-lieutenant (42e sur 58), à l’examen de l’artillerie. Il reçoit son ordre d’affectation au régiment d’artillerie de la Fère alors en garnison à Valence, qu’il rejoint le 3 novembre 1785.
L’été suivant, il obtient un congé de six mois à partir du 1er septembre 1786. Le 15 septembre 1786, sept ans et neuf mois après son départ, il repose les pieds sur l’île de Corse à l’occasion de son congé de semestre. Il ne rejoindra son régiment que treize mois plus tard, soit le 30 septembre 1787. Dès novembre 1787, il demande un nouveau congé de six mois, qu’il obtient. Il ne réintégrera son régiment que le 15 juin 1788. Le 1er juin 1788, il s’embarque pour rejoindre son régiment de La Fère en garnison à Auxonne et apprendre son métier d’artilleur. Dans ses loisirs, il travaille assidûment. Ses nombreuses lectures, qu’il accompagne de Notes témoignent du sens dans lequel il a dirigé ses études et des sujets qui l’ont particulièrement attiré.
Le 9 septembre 1789, il quitte Auxonne pour un nouveau congé de six mois. Il ne réintègre son régiment que le 11 février 1791. Le 1er septembre 1791, il demande un nouveau congé de trois mois pour ne jamais revenir à son régiment.

Premières armes.

 

Lorsque la Révolution éclate en 1789, le lieutenant Bonaparte a dix-neuf ans. Il est présent depuis le 15 juin 1788 au régiment de La Fère, alors à l’école royale d’artillerie à Auxonne dirigée par le maréchal de camp-baron, Jean-Pierre du Teil. Ce dernier lui confie la répression de la première émeute de la faim qui éclate dans la ville le 19 juillet 1789.
En 1791, le lieutenant Bonaparte répond à l’ouverture de l’armée russe aux émigrés français ordonnée par la tsarine Catherine II. Son offre est rejetée car la tsarine, qui se méfie des républicains, est également rebutée par le caractère prétentieux du lieutenant qui demande son intégration dans son armée avec le grade de major.
Napoléon retourne à plusieurs reprises en Corse, où les luttes de clans avaient repris, les paolistes soutenant la monarchie à l’anglaise, et les Bonaparte la Révolution. Napoléon se fait élire, dans des circonstances tendues entre clans, lieutenant-colonel du 2e bataillon de volontaires de la Corse à Ajaccio le 1er avril 1792. Les troubles qui suivent cette élection amènent les autorités de l’île à éloigner Bonaparte en lui confiant une mission sur le continent au moment où la France déclare la guerre au roi de Bohême et de Hongrie. Présent ponctuellement à Paris, le jeune officier est spectateur de l’invasion des Tuileries par le peuple le 20 juin 1792 et aurait manifesté alors son mépris pour l’impuissance de Louis XVI. Ce dernier signe, quelques jours plus tard, son brevet de capitaine ; ce sera l’un de ses derniers actes publics.
La guerre prend de l’ampleur à l’automne 1792 avec la constitution d’une coalition des monarchies européennes contre la toute nouvelle République française, coalition à laquelle participe le royaume de Sardaigne. C’est à ce poste de commandant en second du bataillon Quenza-Bonaparte que ce dernier fait ses premières armes en février 1793, participant à la tête de l’artillerie à l’expédition de La Maddalena. Malgré l’efficacité et la détermination de Napoléon, l’opération commandée par Colonna Cesari, un proche de Paoli, est un échec cuisant. Cet événement et l’exécution du roi en janvier 1793 attisent la division avec les paolistes, provoquant une révolte des indépendantistes.
Les désaccords entre Paoli et Bonaparte s’accentuent à la suite d’une lettre de Lucien Bonaparte à la Convention pour dénoncer Paoli. La famille de Napoléon, dont la maison a été mise à sac et incendiée le 24 mai 179320, est contrainte de se réfugier dans une autre résidence, leur petite ferme de Milleli, puis, quelque temps plus tard, le 10 juin 1793, de quitter l’île précipitamment à destination de la France continentale.
Débarqués à Toulon, les Bonaparte s’installent dans la région de Marseille. Napoléon Bonaparte est affecté à l’armée chargée de mater l’insurrection fédéraliste du Midi. Il s’active à approvisionner l’artillerie en matériel durant l’été 1793. C’est à cette période qu’il rédige le Souper de Beaucaire, pamphlet politique pro-jacobin et anti-fédéraliste.
Fin août 1793, alors que Marseille vient d’être reprise par les Républicains jacobins et que la famille Bonaparte s’y installe, Toulon, tenue par les fédéralistes et les royalistes, se livre aux troupes britanniques et espagnoles.

 

Bonaparte pendant le siège de Toulon.

 

Bonaparte est capitaine d’artillerie lorsqu’il se présente au général Carteaux chargé de diriger le siège de la ville. Celui-ci ne l’écoute pas et ne suit pas ses conseils. Bonaparte obtient, à la demande des commissaires Augustin Robespierre et son compatriote Salicetti, le commandement de l’artillerie, avec le grade de chef de bataillon. Bonaparte s’oppose aussi à Louis Fréron, qui, par sa mauvaise gestion des affaires militaires, contribue au lancement de sa carrière. Il rencontre lors de ce siège de jeunes officiers comme Marmont ou Victor et le sergent Junot20 qui accompagneront la suite de sa carrière. Le 23 novembre, il parvient, avec ses hommes, à capturer le général anglais Charles O’Hara. Après l’échec d’un assaut contre Toulon, Napoléon soumet un plan d’attaque au général Dugommier, qui a pris le commandement du siège. L’application de ce plan permet la reprise de la ville aux troupes royalistes et britanniques le 18 décembre, après la prise du Petit Gibraltar. Ses ordres contribuent à forcer la flotte britannique à quitter la rade de Toulon et à priver ainsi les insurgés d’un soutien précieux. Il est fait général de brigade le 22 décembre, après avoir refusé au commissaire Augustin Robespierre, son protecteur, le commandement de l’armée de Paris.
Après cette victoire, il est affecté à l’armée d’Italie, concentrée dans la région de Nice.
Ses amitiés avec les jacobins lui valent d’être brièvement arrêté après la chute de Robespierre le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), à Antibes, au fort Carré.

 

Paris et le 13 vendémiaire.

 

Une fois Bonaparte libéré, François Aubry, membre du comité militaire, lui propose en 1795 un commandement en Vendée mais il refuse et lui dit même « on vieillit vite sur le champ de bataille et j’en arrive »20. Aubry le met alors en congé, mais sans solde. Par la suite, il erre à Paris sans commandement effectif ; sans argent, il va souvent dîner chez Bourrienne ou chez Mme Panoria Comnène, épouse Permon, une connaissance de Corse, avec Junot, les deux étant devenus inséparables depuis le siège de Toulon.
Le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), Barras lui demande de réprimer l’insurrection royaliste contre la Convention nationale. À cette occasion, Bonaparte a sous ses ordres un jeune officier, Joachim Murat, son futur beau-frère. Ce dernier joue un rôle déterminant, en transférant à temps les canons indispensables depuis les Sablons jusqu’aux abords des Tuileries. La canonnade de Saint-Roch — où les boulets ont été remplacés par de la mitraille plus « efficace » — disperse les forces royalistes, faisant trois cents morts.
Quelques jours plus tard, Bonaparte est promu général de division, puis nommé commandant de l’armée de l’Intérieur, succédant à Barras qui devient l’un des cinq membres du Directoire. Il s’installe alors à Paris, à l’hôtel de la XVIIe division, rue des Capucines et épouse, le 9 mars 1796, Joséphine de Beauharnais, amie et ancienne maîtresse de Barras.