X-7 : Traité de Westphalie et absolutisme royale.

 

Banquet de la garde civile d’Amsterdam fêtant la paix de Münster (1648), Bartholomeus van der Helst.

 

Scholie Anatole Le Pelletier.

 

Metz perdra (« ne tiendra pas long temps ») son rang de ville impériale, entre les règnes de deux Philippe (« emmy deuxPhi. ») ; l’Angleterre agitée (« en soucy ») sera sans force et sans sagesse (« par vin et soucy ») ; un grand conflit aura lieu à Nancy qui changera de maître ; l’homme qui aura le Soleil pour emblème (« l’Aemathien ») dira : « Que tout m’obéisse ! » (« je soubmets tout »).

 

Le traité de Westphalie, (conclu avec l’empereur en 1648, sous le règne de Philippe IV, roi d’Espagne, et antérieurement à la guerre dite de la Succession d’Espagne, entreprise dans l’intérêt de Philippe V, petit-fils de Louis XIV), céderaMetz à la France, et lui fera perdre définitivement son ancien titre de ville impériale.

L’Angleterre, en proie aux horreurs d’une révolution, décapitera, en 1649, son roi légitime, Charles Ier, qui aura manqué de force et de sagesse dans le gouvernement de ses Etats.

Nancy sera pris en 1660 par les Français, qui en chasseront son duc Charles III, raseront ses fortifications et l’incorporeront à la France.

Ce sera alors (en 1661) que Louis XIV, affranchi dela tutelle de Mazaein, commencera à régner par lui-même et à mettre en pratique sa fameuse maxime : « l’Etat, c’est moi » (« je soubmets tout »).

 

Le traité de Westphalie, qui a cédé Metz à la France, date du 8 septembre 1648, sous le règne de Philippe IV, descendant de Charles-Quint et dernier Philippe d’Espagne ; et avant celui dePhilippe V, petit-fils de Louis XIV et premier Philippe de France sur le trône d’Espagne (« emmy deux Philippe »).

Métaphore : dans le langage figuré, le vin, à cause de sa chaleur, est le symbole de la force ; et le sel, à cause de son incorruptibilité, celui de la sagesse.

 

Carte de l’Europe après le traité de Westphalie.

 

Scholie Henri Torné-Chavigny.

 

Quelle longueguerre entre la France et l’Espagne qui s’apprête par l’entrée de Louis XIII à Nancy ! C’est le Roi-Soleil qui y mettra fin en disant dès ses premiersjours au trône : Je soumets tous mes ennemis. A l’intérieur, il dira : l’Etat, c’est moi ! pour sauver son pays de l’anarchie qui désolera alors l’Angleterre par la mort de Charles Ier. Ce malheureux pays ne saura où trouver la force et la sagesse pour se soustraire à Cromwell. Le règne de Louis XIV s’écoulera entre les guerres faites contre Philippe IV d’Espagne, et celles faites pour mettre sur le trône d’Espagne Philippe V. l’Empire d’Allemagne qui durant un siècle aura revendiqué ses droits sur Metz, y renoncera à la paix, cinq ans seulement après que Louis XIV aura monté au trône.