VI-70 : la popularité d’Henri IV.

VI-70

 

Statue d’Henri IV à l’entrée du château de Pau

 

Scholie Anatole Le Pelletier.

 

Henri-le-Grand (« le grand Chyren ») sur le trône de France (« au chef du monde »), sera aimé, craint et redouté de son vivant, et il le sera encore plus après sa mort (« plus outre après »). Son renom et sa gloire (« son bruit et loz ») monteront jusqu’aux cieux, et l’on sera fort content de le saluer du titre de vainqueur (« victeur ») de ses sujets.

Article Wikipédia Henri IV.

Dès son règne, à la demande de ses conseillers tel Philippe Duplessis-Mornay, Henri IV utilise des imprimeries itinérantes pour diffuser portraits et tracts tentant de le faire passer pour un « prince idéal ». Néanmoins les catholiques le considèrent comme un usurpateur, certains protestants l’accusent de trahison puisqu’il a changé six fois de religion et le peuple voit en lui un tyran prélevant de nombreux impôts (“Au chef du monde le grand Chyren sera“). Son assassinat par François Ravaillac le transforme en martyr (“Plus outre apres ayme, craint, redouté“).

C’est au XVIIIe siècle que s’est formée et développée la légende du bon roi Henri. Icône devenue si populaire qu’elle en est restée une image d’Épinal (“Son bruit & los les cieux surpassera“). En l’honneur d’Henri IV, Voltaire écrit en 1728 un poème intitulé La Henriade.

Malgré cette image positive, son tombeau de Saint-Denis n’échappe pas à la profanation en 1793, due à la haine des symboles monarchiques sous la Révolution française. La Convention avait ordonné l’ouverture de toutes les tombes royales pour en extraire les métaux. Le corps d’Henri IV est le seul de tous les rois à être trouvé dans un excellent état de conservation en raison de son exsanguination. Il est exposé aux passants, debout, durant quelques jours. Les dépouilles royales sont ensuite jetées, pêle-mêle, dans une fosse commune au nord de la basilique, excepté quelques morceaux de dépouilles qui sont conservés chez des particuliers. Louis XVIII ordonnera leur exhumation et leur retour dans la crypte, où elles se trouvent encore aujourd’hui.

Dès 1814, on pense à rétablir la statue équestre du roi détruite sous la Révolution. Fondue en 1818, la nouvelle statue équestre a été réalisée à partir du bronze de la statue de Napoléon de la colonne Vendôme. Le siècle romantique pérennisera la légende du Bon Roy Henry, roi galant, brave et bonhomme, jouant à quatre pattes avec ses enfants et grand chantre de la fameuse Poule-au-pot.

En fait, l’État avait, après les troubles récents, grand besoin de restaurer, une image positive de la Monarchie ; Chilpéric et Charlemagne semblaient trop lointains ; les Louis :… VII, VIII, X, XII étaient trop obscurs (ou mieux trop pâles) ; Louis IX jugé, sans doute, trop religieux. Les autres Louis : XI, XIII, XIV, etc. éveillaient de bien mauvais souvenirs… Il fallait donc dans une véritable opération « publicitaire » trouver un monarque qui recueillît le maximum de suffrages : « le bon Roy » tint ce rôle pour la postérité. Alexandre Dumas en fait ainsi un héros épique dans son œuvre Les Grands Hommes en robe de chambre : César, Henri IV, Richelieu en 1856.

Le château de Pau continue de cultiver la légende du bon roi Henri. On peut encore y voir son berceau fait d’une carapace de tortue de mer. C’est dans la tradition béarnaise que son premier baptême se fit : ses lèvres furent humectées de vin de Jurançon et frottées d’ail, ceci pour lui donner force et vigueur. Il doit son surnom de « Vert-galant » à son ardeur envers ses 73 maîtresses officielles recensées, lui donnant 22 enfants légitimes ou non reconnus qui vivent à la Cour.

Dans le premier chapitre de L’Homme aux quarante écus, Voltaire mentionne pour le peuple un âge d’or sous Henri IV et Louis XIII en raison de la modicité relative de l’impôt.

Plus récemment, l’historiographie contemporaine a rétabli l’image d’un roi qui fut peu apprécié par ses sujets et qui eut beaucoup de mal à faire accepter sa politique. De plus, ses allées et venues d’une confession à l’autre, l’abjuration d’août 1572 et celle solennelle du 25 juillet 1593, lui valurent l’inimitié des deux camps. Ce roi en avait bien conscience et on lui prête vers la fin de sa vie les paroles suivantes : « Vous ne me connaissez pas maintenant, vous autres, mais je mourrai un de ces jours, et quand vous m’aurez perdu, vous connaîtrez lors ce que je valais ».

Chaque année depuis 1604, une messe pour la prospérité de la France est célébrée en la basilique Saint-Jean-de-Latran par le vicaire pontifical, à l’occasion du jour anniversaire de sa naissance.

Avant d’être aimé du peuple, Henri IV fut donc l’un des rois les plus détestés, surtout par le parti catholique, son effigie brûlée et son nom associé au diable ou à l’Antéchrist comme dans les sermons fanatiques du ligueur Jean Boucher. À cause du martèlement quotidien des prêtres ligueurs durant la dernière guerre de religion, on dénombre pas moins d’une douzaine de tentatives d’assassinat contre lui, dont le batelier orléanais Pierre Barrière arrêté à Melun (armé avec intention déclarée) le 27 août 1593 et qui fut roué et brulé sur la place du Martroy à Melun et Jean Châtel qui, lui, blessa le roi au visage rue saint-Honoré, chez sa maîtresse, le 27 décembre 1594. Son assassinat par Ravaillac est même vécu par certains comme une délivrance, au point qu’une rumeur d’une nouvelle Saint-Barthélemy se répand durant l’été 1610.

La popularité croissante du roi peut tenir à son attitude lors des sièges : il veille à ce que les villes prises ne soient pas pillées, et leurs habitants épargnés (et ce, dès le siège de Cahors en 1580). Il se montre magnanime également avec ses anciens ennemis ligueurs, notamment après la reddition de Paris. Il préfère acheter les ralliements, que faire la guerre pour conquérir son royaume (“Et du seul tiltre victeur fort contenté.“). L’historiographie contemporaine a également confirmé l’attachement réel du roi pour le catholicisme après sa conversion, malgré un recul marqué à l’égard des dogmes religieux qu’ils soient catholiques ou protestants.

Ayant été le dernier comte de Foix, Henri IV est à ce titre resté un roi d’une grande importance pour les Ariégeois et souvent cité dans l’histoire locale.

La chanson Vive Henri IV ! qui a été écrite en son honneur a été durablement populaire en France à partir de 1774. Sous la Restauration, son air est fréquemment joué dans les cérémonies se déroulant hors de la présence du Roi et de la famille royale. Il fait alors figure de chanson quasi-officielle de la monarchie.