VI-83 : la révolution belge de 1830.

Celuy qu’aura tant d’honneur & caresses,
A son entree de la Gaule Belgique.
Un temps apres fera tant de rudesses,
Et sera contre à la fleur tant bellique.

 

Description de cette image, également commentée ci-après

 

Mon analyse :

 

Le fils de Louis-Philippe, Louis-Charles (« la fleur ») se verra proposer (« aura tant d’honneur & caresses ») le trône en Belgique (« Gaule Belgique »). Il ferra son entrée triomphale à Bruxelles (« A son entree de la Gaule Belgique »). Mais peu de temps après (« Gaule Belgique »), il devra renoncer à ses prétentions sous la pression (« tant de rudesses ») des grandes puissances continentales (« tant bellique ») qui ne voulait pas d’un Bourbon (« contre la fleur ») en Belgique.

 

Article Wikipédia “Belgique” :

 

Révolution belge de 1830.

 

Les anciennes frontières de la Belgique, avant le traité des XXIV articles de 1839, comprenaient l’actuel Grand-duché de Luxembourg et l’actuel Limbourg néerlandais.
La réunification ne tient pas. Sous le pouvoir jugé trop « napoléonien » de Guillaume Ier, la restriction des libertés politiques et religieuses, la sous-représentation politique et l’« exploitation fiscale » des provinces méridionales font naître une opposition catholique et libérale qui aboutit à une alliance entre ces deux grands courants d’opinion du Sud du pays. Cet unionisme devient « spécifiquement belge et énonce des griefs spécifiquement belges ». L’autorité du régime périclite alors dans le Sud, un climat pré-révolutionnaire règne, le roi ne pouvant se maintenir en Belgique que par l’usage de la force.
À sa création en 1830, la Belgique était peuplée en majorité de néerlandophones mais était dirigée par des francophones, dont de nombreux Flamands : en effet, toute la bourgeoisie et toute la noblesse flamandes parlaient français. La Cour, la classe politique, la magistrature, les milieux d’affaires s’exprimaient en français. Plus tard, les Flamands ont lutté pour voir reconnaître officiellement leur langue. Cette lutte fut longue : ce n’est qu’en 1898 avec l’adoption de la loi Coremans-De Vriendt dite « Loi d’Égalité », que le néerlandais deviendra une langue officielle.
La révolution belge de 1830 entraîne la défaite de l’armée hollandaise. Malgré une courte tentative de retour offensif, les Hollandais doivent renoncer à la Belgique avec l’accord des grandes puissances qui veulent éteindre au plus vite un foyer de sédition comme l’était Bruxelles, où grouillaient des réfugiés politiques de toute l’Europe : nostalgiques de la République et de l’Empire français, intrigants appartenant à des sectes politiques comme la Charbonnerie, les derniers partisans de Babeuf, ainsi que Buonarotti et des Polonais rescapés de la répression tsariste et même des exilés sud-américains.
Les évènements de Bruxelles suscitent les appétits des puissances. Le ministre français des Affaires Étrangères Talleyrand se propose d’annexer presque toute la Wallonie et Bruxelles, laissant Liège (pourtant une ville francophile) aux mains de la Prusse, tout en s’attirant la complicité de la Grande-Bretagne en lui abandonnant la Flandre jusqu’à l’Escaut, y compris Anvers. La réponse belge, exprimée par Alexandre Gendebien, membre influent du gouvernement provisoire de Bruxelles, le 6 janvier 1831, est nette : la Belgique menace d’un soulèvement général les puissances qui tenteraient de dépecer le pays comme l’avaient fait les monarchies sous l’ancien régime. Dans le climat d’agitation populaire que connaît l’Europe, c’est la perspective de voir les événements belges contaminer d’autres pays, alors que les suites du soulèvement polonais contre les Russes et leurs échos en Allemagne ne sont pas éteints, pas plus que l’agitation ouvrière en France où les révolutionnaires des Journées de juillet supportent mal la récupération du pouvoir par une nouvelle monarchie.
Cette seconde indépendance belge en moins de cinquante ans aboutit à la reconnaissance par les puissances, à la conférence de Londres de janvier 1831, d’un État neutre sous l’autorité d’un gouvernement provisoire et d’un congrès national. Avec l’installation de Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha comme premier roi des Belges, la Belgique devient une monarchie constitutionnelle et une démocratie parlementaire. L’unionisme entre catholiques et libéraux, scellé en 1827-1828, est consacré par un compromis en 1830 : la construction d’un État libéral où il n’y a pas de politique anticléricale et où le catholicisme est reconnu comme religion de la majorité, le tout basé sur une constitution intouchable à leurs yeux, qui garantit un nombre élevé de libertés comparé aux autres lois fondamentales de l’époque. Cet unionisme se transforme après l’indépendance en « une coalition électorale et gouvernementale permanente, constituée de membres modérés des deux partis qui n’ont pas oublié les leçons de la Révolution brabançonne ». Le pays est alors dirigé par une oligarchie élue au suffrage censitaire et capacitaire à représentation majoritaire, dont la langue est de facto le français. L’unionisme persistera tant que la peur d’une annexion néerlandaise ou française sera forte. Les libéraux créent ensuite leur parti et il s’ensuivra une période avec un système bipolaire entre tendances libérales et catholiques. L’apparition d’un parti catholique organisé en 1869 voit les conservateurs en 1884 s’installer au pouvoir pendant trente ans, et les socialistes créent le parti ouvrier en 1885. Le pays connaît le vote plural à représentation proportionnelle le 18 avril 1893 et – plus tardivement et par étapes – le suffrage universel ainsi que les premières avancées en matière de droits linguistiques comme la loi Coremans-De Vriendt en 1898. Il faut toutefois attendre le 10 avril 1967 pour voir une version complète en néerlandais de la Constitution officiellement reconnue et 1991 pour la version en allemand45.
Grâce à une industrialisation précoce dès les débuts de la Révolution industrielle au XVIIIe siècle, favorisée par des territoires densément peuplés et par un blocus continental sous Napoléon Ier, la Belgique connaît une forte expansion économique et devient une puissance industrielle importante. Par l’interventionnisme de l’État, le pays se dote rapidement du premier réseau ferroviaire du continent européen, qui restera le plus dense.
Au cours des cinq années suivant la Révolution belge, la Société générale de Belgique investit dans une quarantaine d’entreprises belges, dont quinze aciéries et sept grandes mines de charbon, introduites en Bourse de Bruxelles, qui vit alors l’essor le plus rapide de l’Histoire des bourses de valeurs. La forte croissance économique mondiale des années 1830 fait doubler la production de charbon belge. La Belgique est le berceau d’avancées technologiques dans de nombreux domaines comme la chimie avec la découverte d’un procédé de fabrication industrielle de la soude par Ernest Solvay.
Par l’initiative de son deuxième roi, Léopold II, qui a reçu l’État indépendant du Congo à titre privé après la Conférence de Berlin en 1884-1885 afin d’éviter un conflit ouvert entre les grandes puissances, la Belgique devient un empire colonial en 1908 après que le roi a légué l’administration de son domaine à l’État belge pour faire face à ses dettes liées à ses nombreuses réalisations en Belgique. La reprise par l’État de l’administration du Congo (77 fois la superficie de la Belgique actuelle) s’impose à la fin de 1905 après notamment le rapport d’une commission d’enquête déplorant l’exploitation des populations congolaises et les abus subis sous l’occupation de Léopold II, particulièrement pour la récolte du caoutchouc naturel. En 1955, le roi Baudouin, au cours d’un voyage au Congo, instruira l’administration locale de ne plus verser aux créanciers de Léopold II les fonds récoltés. Le Congo avait remboursé quatre fois les sommes dues aux puissances occidentales qui avaient parrainé Léopold II dans sa mission d’exploitation des matières premières. Cinq ans plus tard, le Congo accédera à la souveraineté internationale sous l’instigation, entre autres, des États-Unis d’Amérique.