Nostradamus et la fin de la République française.

Nostradamus décrit la période qui commence en 1789 et s’achèvera avec le règne du Grand Monarque comme étant le règne des gens commun.

« Puis j’ai voulu m’étendre pour le « commun avènement » » (Nostradamus, lettre César, 11).

Le « commun avènement », c’est l’arrivée sur la scène politique des « gens commun », par opposition au « gens de qualité », c’est-à-dire la noblesse et le clergé. C’est l’annonce d’un bouleversement complet de l’ordre social.

Normalement, le pouvoir politique est exercé par la noblesse (fonction guerrière) et le clergé (fonction religieuse). Le troisième ordre, le Tiers Etats s’occupe de la production économique pour nourrir l’ensemble de la population. Le tiers-Etat est le « commun », alors que la noblesse et le clergé sont la « qualité ».

Cette simple expression, anodine en apparence, annonce la chute de la monarchie et la prise de contrôle des rouages de l’Etat par le tiers Etat. C’est la disparition de l’ordre social traditionnel né de la tripartition fonctionnelle, entre le soldat, le prêtre et l’agriculteur. Sous l’Ancien régime, cette division prend le nom de noblesse (soldat), le clergé (religion) et le tiers-état (production).

Le tiers-Etat doit normalement nourrir les deux autres ordres. La noblesse assure la fonction guerrière et de direction politique. Avec la Révolution française, en plus du pouvoir économique, le tiers-état va disposer également du pouvoir politique. Nous avons là, une confusion entre la direction politique et économique. Le monde politique fusionne avec le monde économique. Cette confusion continue encore aujourd’hui. C’est pour cela que l’argent et la banque domine autant notre époque. C’est le coeur du problème de notre époque. C’est ce qui permet de comprendre la crise des gilets jaunes.

Nostradamus ne cesse de le dénoncer dans plusieurs quatrains.

VIII-14 :

Le grand credit d’or, d’argent l’abondance

Fera aveugler par libide honneur,

Sera cogneu d’adultere l’offense

Qui parviendra a son grand deshonneur.

Le régime économique capitaliste (« Le grand credit ») donnera à la population une abondance de biens et de richesse (« d’or et d’argent l’abondance »). Elle entraînera un aveuglement des hommes politiques (« fera aveugler ») et poussera les individus à n’être attiré que par l’augmentation artificiellement de leur fortune afin d’acquérir de plus en plus d’honneur (« par libide l’honneur »).

A notre époque, la pratique d’enrichissement indéfini d’un petit nombre de personnes de plus en plus restreint provoquera un scandale dans la population (« sera conneu d’adultere l’offense »). Elle entraînera un manque de confiance de la société envers cette minorité possédante et créera des graves difficultés sociales (« qui parviendra à son grand des-honneurs »).

II-95 :

Les lieux peuples seront inhabitables :

Pour champs avoir grande division :

Regnes livrés a prudents incapables :

Lors les grands freres mort & dissension.

Des zones entières seront rendues inhabitables (« les lieux peuples seront inhabitables »), en raison de la guerre civile qui ravagera le pays (« pour champs avoir grande division »).

Le pays sera livré à des hommes politiques (« regnes ») trop prudents (« livrés a prudents ») et incapables de diriger (« incapables »). Pour cela, et face à l’incapacité des politiciens, leurs pays seront livrés aux « grands frères », et à la guerre civile (« lors les grands freres mort et dissension »). Les grands frères, ce sont les francs-maçons qui ont pris le contrôle de la France et de la plupart des pays occidentaux à partir de la Révolution française.

Voilà en quoi consiste le règne du commun. Rien de rassurant. C’est une dégénérescence de la société, une perversion de l’ordre naturel du monde.